Islam : découvrez la religion musulmane

Avec tous les événements qui ont eu lieu ces dernières années, un grand nombre de personnes ont associé ces événements graves avec la religion musulmane. Selon l’imam de la grande mosquée de Paris, l’islam a toujours été une religion de paix, de respect et de miséricorde. Il est important de redécouvrir cette religion qui est loin d’être à l’image qu’essaie de répandre certaines personnes.

La religion musulmane

Afin d’appartenir à cette religion, une personne doit croire en un Allah le seul, unique et incomparable Dieu, croire aux anges, aux différents prophètes qui ont apporté la révélation à l’humanité. Mais aussi, il faut croire au jour du jugement dernier, admettre l’influence de Dieu sur le destin des Hommes et reconnaître l’existence de la vie après la mort.
En effet, les musulmans, reconnaissent la succession des prophètes depuis Adam jusqu’à Mohamed (paix et bénédiction de Dieu soit sur lui), en passant par Jacob, Moïse, David et Jésus.
Néanmoins, les musulmans affirment que le message final de Allah pour les humains fut révélé par le Prophète Mohamed (Paix et bénédiction de Dieu soient sur lui) par l’intermédiaire de l’archange Gabriel.

Comment devenir musulman ?

Toute personne qui veut devenir musulmane doit impérativement admettre et prononcer la shahada « Il n’y a d’autre Dieu que Allah et Mohamed est le messager d’Allah ». Ainsi, le musulman déclare sa foi à Allah. En outre, le musulman doit obligatoirement respecter les cinq piliers de l’Islam, qui sont, la Shahada, l’aumône obligatoire, la prière aux horaires de prière, jeûner ramadan et le pèlerinage.

Que signifie le mot Islam

Selon l’imam de la grande mosquée de Paris, le mot Islam signifie en arabe, la soumission. En outre, Islam dérive du mot la paix. Par conséquent dans le contexte religieux, Islam signifie, la soumission complète à la volonté d’Allah.
L’imam explique que le mot Allah désignant Dieu en arabe a été déjà utilisé par les Chrétiens arabes.

Le christianisme et l’islam, ont-ils des origines différentes ?

Non, le Christianisme, l’islam et le judaïsme, ont la même origine, le prophète patriarche Abraham. En effet, les trois prophètes sont des descendants directs de ses fils Ismaïl et Isaac. Il est important de mentionner que c’est Abraham qui a construit la Kaabah vers laquelle tous les musulmans s’orientent durant les heures de prières.

Fair-play financier : les raisons qui ont poussé le PSG à avoir recours au TAS

Suite à la demande de réétudier les comptes financiers du PSG par les experts du Fair-play financier, le président du club de la capitale, Nasser Al Khelaïfi a fait appel au TAS (Tribunal arbitral du sport) en septembre dernier afin de profiter « d’un vice de procédure ». En effet, l’avenir du club parisien se joue en ce moment en Suisse entre les mains du TAS.

Le fair-play financier : le feuilleton du PSG et l’UEFA

L’enjeu est énorme pour le club de la capitale, dans toute cette affaire de fair-play. Depuis le début du mois de septembre 2017, l’instance européenne l’UEFA ou plus précisément la chambre d’instruction de contrôle financier des clubs a demandé d’ouvrir une enquête portant sur l’étude des comptes du club de la capitale entre l’année 2014 et 2017. En mois de juin 2018, l’UEFA a classé l’affaire sans suite, le PSG s’est donc retrouvé sans aucune sanction. Toutefois, le contrat de « nation branding » avec le Qatar Tourisme Authority, qui finance la plus grande partie du club dérange l’UEFA. Ce n’est qu’en début juillet que l’UEFA décide de réexaminer les comptes du PSG pour fair-play financier. Une annonce très rarissime, qui a été prise en seulement deux semaines de la part du président de la chambre de jugement. Le président du PSG, Nasser Al Khelaïfi, a décidé de faire appel à cette décision devant le Tribunal arbitral du sport, en considérant que « cette décision est infondée sur le font comme sur la forme » comme a déclaré le directeur de la communication du PSG, Jean-Martial Ribes.

Le contrat avec du QTA dérange

Selon psg paname squad, le fond du contrat signé entre QTA et PSG, ne repose pas sur une réalité sérieuse, en expliquant que, c’est une création financière non réelle. Selon cette explication, l’UEFA veut à tout prix baisser la valeur du contrat du QTA à 4 millions d’euros par an, alors que la même instance a déjà fixé le même contrat en 2014 à 100 millions d’euros annuels. En outre sur la forme, la direction du club conteste le fait que la chambre de jugement n’a pas respecté le règlement du fair-play financier qui stipule que la chambre offre un délai de dix jours pour réexaminer les comptes.
Profitant du dépassement effectué par la chambre de jugement, le PSG trouve que c’est inacceptable que l’UEFA dépasse les bornes. L’UEFA a préféré attendre le résultat de l’appel, qui sera certainement déclaré au début de 2019, en suspendant tout réexamen des comptes.

Le Coran, Livre Sacré de l’Islam

Le Livre Saint tel qu’on le connaît aujourd’hui a été établi par “Othman Ibn Affan”, le troisième Calife successeur du Prophète et Messager Muhammad, qui a recensé les différentes sources écrites et orales qui circulaient parmi les Musulmans.
Réellement, Muhammad, le Prophète et Messager de Dieu, n’a fait que lire les textes qu’il recevait, et ses compagnons fidèles en ont fait autant. Ensuite, certains ont écrit des fragments sur des omoplates de chameau ou des morceaux de cuir. “Othman Ibn Affan” fit alors établir un texte irremplaçable, unique – tel qu’il a été récité à Muhammad – et détruire toutes les autres sources qui ne lui semblaient pas si fiables.
Le Coran, le Livre sacré de l’Islam et des Musulmans, étant considéré comme la parole de Dieu Tout Puissant ; il faut le lire en arabe, dans le style littéraire de l’époque. Il est très difficile à lire, c’est pourquoi peu de gens le connaissent – à l’époque du Prophète Muhammad. La vie des musulmans est également guidée, régentée beaucoup par la Sunna – d’autres propos, “Hadiths”, du Prophète – étant donné que le Livre Saint ne s’explique pas tout seul. C’est la Sunna qui réglemente les menus détails de la vie.

Les piliers de l’Islam

 

Dans la croyance musulmane, Dieu est unique. Sa volonté est suprême. Il donne sa miséricorde à qui il veut… C’est lui, le Tout Puissant, qui a envoyé les Prophètes et le Coran.

La profession de foi
La profession de foi est le premier pilier de l’Islam. Celui-ci est le plus important.
La foi fut révélée par le biais des Messagers d’Allah, parmi lesquels “Issa” et “Moussa”, ou Jésus et Moïse ainsi qu’on les appelle en français. Les musulmans croient que le dernier Message d’Allah Tout Puissant, le plus universel, a été révélé à Muhammad.
La croyance en un seul Dieu est donc la base de la religion islamique.

La prière

La prière exprime la foi – dans l’Islam – à travers la communication personnelle avec Dieu Tout Puissant. Celle-ci peut s’effectuer en public – dans les mosquées – ou dans l’intimité.
Le musulman, notamment le croyant doit effectuer quotidiennement cinq prières – obligatoires – “Al Sobh, Al Dohr, El Asr, Al Maghrib, Al Icha”, en direction de La Mecque.
Ces prières sont rythmées en fonction de l’emplacement naturel, le soir, au coucher du soleil, l’après-midi, à la mi-journée et à l’aube. La prière est constituée de rakaat – dont le nombre varie de deux à quatre rakaat – en fonction de la prière effectuée.
Horaires de Prière Qatar
– Al Fajr : 03 : 10 mn ;
– Al Dohr : 11 : 38 mn ;
– Al Asr : 15 : 01 mn ;
– Al Maghreb : 18 : 29 mn ;
– Al Icha : 19 : 59 mn.

L’aumône
L’aumône envers les nécessiteux et les pauvres occupe également une place très importante dans l’Islam.

Le jeûne du Ramadan
Muhammad, le Prophète de l’Islam, reçut la première révélation du Coran durant le mois du Ramadan, 9e mois lunaire. Ce mois sacré possède ainsi une signification particulière dans l’Islam. Les musulmans, notamment les croyants jeûnent, chaque jour durant le mois de Ramadan, du lever de soleil jusqu’au coucher. Ceux-ci doivent s’abstenir de boire, de fumer, de manger et d’avoir de relations sexuelles.

Le pèlerinage
Le pèlerinage est le dernier des piliers de l’Islam. Celui-ci comporte une série de rites – pratique sociale de caractère sacré – se déroulant chaque année à la mosquée sacrée de La Mecque.

Les meilleures idées pour gagner de l’argent

Vous voulez savoir comment gagner un revenu régulier afin d’augmenter votre salaire ? Ne vous inquiétez pas, vous saurez tout dans notre article.

De plus en plus de personnes ne savent pas comment développer leurs sources de revenus autrement qu’en travaillant. Disposant de très peu d’information sur les placements qui peuvent fructifier leur revenu, ces personnes passent leur temps à vivre des fins de mois difficiles.

Selon l’équipe de professionnelle spécialisée dans les investissements au sein de la société de gestion A Plus Finance, il existe plusieurs opportunités qui permettent aux épargnants de se faire de l’argent tout en restant à domicile. En effet, il est possible de gagner de l’argent juste en travaillant quelques heures sur internet.

Comment gagner de l’argent sans bouger de chez soi ?

Selon la société de gestion indépendante A Plus Finance, il est possible et accessible à tout le monde de gagner des millions d’euros sur internet. En effet, il existe sur internet plusieurs sites qui sont fiables et qui permettent à tous les internautes de réussir à gagner de l’argent.

Parmi les sites qui permettent d’obtenir de l’argent facile, on peut citer Moolineo, Loonea, Gaddin et Ba-Click. Le premier est l’un des meilleurs sites sur la toile. Ayant un fonctionnement simple, ce site permet de s’inscrire rapidement afin de permettre au souscripteur de gagner entre 20 et 30 euros par mois facilement. Si le souscripteur pousse sa méthode de gain un peu plus, il peu gagner plus de 100 euros par mois.

Sur le site Gaddin, l’internaute peut gagner de l’argent, juste en participant à des sondages proposés par des entreprises. Ces dernières voulant cerner les besoins de la population proposent des études et des sondages sur les consommateurs.

Par conséquent, en répondant à ces sondages, l’internaute gagne de l’argent tout en aidant les sociétés françaises à améliorer leurs produits et leurs services.  

Stratégie pour gagner de l’argent selon votre situation

Ces sites, permettent aux internautes de gagner un peu d’argent toutefois, ils ne leur permettent pas de devenir financièrement indépendants.

Il suffit de bien choisir les bonnes méthodes qui correspondent à votre situation et à vos objectifs pour pouvoir gagner des revenus réguliers. En outre, vous pouvez gagner des revenus passifs grâce au système de parrainage dans ces sites.

Investissement : les risques à connaître avant d’investir dans les SCPI

Malgré que les placements en parts des sociétés civiles de placement immobilier présentent plusieurs avantages, il est conseillé de ne pas y investir tout son patrimoine. En effet, à l’instar de tous les placements, investir dans les SCPI comporte des risques. 

Bien que ce type de placement est un investissement dans l’immobilier (murs, bureaux, hôtels, …),  et c’est un actif connu comme étant sûr, les sociétés civiles de placement immobilier ne sont pas sans risque. Selon Christophe Peyre, qui dirige l’activité immobilière au sein de la société de gestion vicennale, A Plus Finance, les SCPI varient selon la demande du marché, c’est pour cette raison que l’investisseur peut perdre son patrimoine investi.

Afin de limiter les risques de perte, il est intéressant de savoir les principaux critères dont l’investisseur doit en tenir compte.

Faire attention à la liquidité

Il est important de savoir que les parts des sociétés civiles de placement immobilier investissent essentiellement dans l’immobilier. À l’opposé des idées reçues, ce type d’investissement ne bénéficie pas de la même liquidité que les valeurs mobilières, qui sont négociables à tout moment.

En effet, si l’investisseur a besoin de vendre ses parts de sociétés civiles de placement immobilier, il devra attendre quelques semaines voir quelques mois, afin de récupérer ses fonds investis. Les sociétés de gestion telles que A Plus Finance, ne garantissent pas la disponibilité de la liquidité de l’investissement. Puisqu’une société de gestion ne porte pas systématiquement acquéreur des parts que les associés veulent vendre. Toutefois, elles aident les contribuables à trouver un acquéreur. Si l’investisseur tente de céder ses parts durant une crise (plus de vendeurs que d’acquéreurs) ses parts peuvent rester bloqués au niveau de la société de gestion durant une période indéterminée.

Comment limiter les risques ?

Selon les experts des investissements, il est recommandé de choisir des sociétés civiles de placement immobilier appartenant à des groupes d’assurance ou bancaire ainsi, l’investisseur peut limiter le risque d’illiquidité puisque les SCPI collectent l’épargne au niveau de leur réseau de clients. Il est aussi conseillé d’investir à travers un contrat d’assurance vie, dans ce cas, l’investisseur peut garantir que le risque d’illiquidité n’existe pas car la compagnie d’assurances assure la contrepartie.

Faire attention au marché immobilier

En acquérant des parts des sociétés civiles de placement immobilier, l’investisseur choisi d’investir indirectement dans l’immobilier. Par conséquent son patrimoine subit les conséquences de l’évolution des marchés immobiliers. Il est important de rappeler qu’investir dans les SCPI permet d’avoir des rendements réguliers sur le long terme, mais ne permet pas d’avoir des fortes plus-values.

Placement : quel est le meilleur placement afin de gagner de l’argent ?

Le livret A ? vous trouvez que c’est un investissement qui est intéressant et surtout sans risque toutefois, son rendement de 0.75 % n’est pas suffisant. L’assurance-vie ? Vous trouvez qu’il a une performance moyenne, mais au cours de ces dernières années elle n’arrête pas de baisser.

L’immobilier ? Il est l’un des placements les plus appréciés, est tout à fait normal puisque, c’est un placement qui est assez rentable. En outre, avec la baisse des taux d’emprunt investir dans l’immobilier est devenu assez accessible.

Alors quel est le meilleur placement 2019 ? Afin de répondre à cette question nous avons contacté Monsieur Florian Denys, le responsable des investissements au sein de la société de gestion vicennale A Plus Finance, afin de vous éclairer dans votre recherche du meilleur placement.

Quels sont les meilleurs investissements

Certes, le placement dans l’immobilier, que ce soit pour un placement court terme ou pour préparer votre retraite, c’est un bon investissement. Toutefois, selon l’expert de l’investissement de la société de gestion A Plus Finance, ce n’est pas le meilleur investissement.

La bourse alors ? Contrôler les représentations graphiques de l’évolution du CAC 40 au niveau des sites de bourse, demande une certaine connaissance du marché.

Le meilleur placement pour gagner de l’argent selon le responsable de l’investissement est vous-même.

Investir en soi est le meilleur des placements sans risque

Qu’est-ce qu’un investissement ? C’est une opération qui permet d’accroître un capital initial. Un investisseur investit 100 euros dans un véhicule de placement, afin de récupérer plus que 100 euros après un temps donné.

En outre, selon la définition reprise dans les Echos, « placer son épargne revient à renoncer à une consommation immédiate afin de multiplier ses recettes futures ». En effet, placer son argent nécessite de faire le choix de renoncer à ses satisfactions immédiates, afin d’obtenir une plus grande sommes à long terme.

Donc investir en soi c’est quoi ? C’est le fait de autoformation tous les jours en cherchant à s’améliorer d’une façon continue. Plus vous en savez plus vous maîtriser les outils des investissements.

Enquête sur fichage ethnique : le PSG déclare « pas de cas de discrimination » a été enregistré

Selon PSG Paname Squad par l’intermédiaire d’un cabinet d’avocats externe et qui a duré un mois, le club parisien assure qu’il n’y a pas eu de cas avéré de discrimination au Paris Saint-Germain, et ce, malgré l’existence du système de fichage ethnique au niveau du recrutement dans les centres de formation. En effet, le 15 novembre soir, les dirigeants du club parisien ont présenté la conclusion de l’enquête interne à la ministre des Sports Roxana Maracineanu, tout en exposant les mesures fixées par le président du club parisien, Nasser Al Khelaïfi, afin de renforcer les pratiques éthiques au niveau du club de la capitale.

Rencontre entre les dirigeants du PSG et la ministre des Sports

Selon le journal, le Parisien, la rencontre entre le directeur général du PSG, Jean-Claude Blanc et la ministre Roxana Maracineanu a duré prés de 90 minutes, et a été comme a déclaré la ministre « professionnelle, franc et direct ». 

Le PSG a bien reconnu l’existence de ce système de fichage, toutefois, le directeur de la communication, Jean Martial Ribes, a bien assuré que ce genre de pratique n’est plus d’usage depuis fin 2017. Le président du club de la capitale, Nasser Al Khelaïfi, a déclaré qu’il veillerait en personne à la mise en place d’une nouvelle organisation dont l’objectif est de faire respecter l’éthique au sein du club.

Accompagné par l’un des responsables de la fondation PSG et ex-président de SOS Racisme, Malek Boutih, le dirigeant du club parisien a tenu à présenter les dernières conclusions de l’enquête interne demandé par la direction du PSG et effectuée par un cabinet d’avocats externe du club. En effet, selon le Parisien, l’enquête a été fondée sur une série d’entretiens réalisés avec les salariés du club qui sont en charge des recrutements au sein des centres de formations, ainsi que les analyses des différents échanges de courrier électronique.

Les conclusions de l’enquête

Le dirigeant du club a affirmé que l’enquête a, aboutit, a la conclusion qu’il n’y a pas de cas de discrimination avéré au sein du PSG. Néanmoins, le club affirme que durant la période de 2013 à 2017, certains centres du club ont ajouté au niveau des fiches le critère d’origine de chaque jeune joueur. Le club confirme aussi que ces pratiques sont à l’initiative propre du responsable du centre de formation Province. Mais, malgré l’existence de ce fichage ethnique, les dirigeants du club de la capitale assurent qu’il n’y pas eu de discrimination ni au niveau de l’évaluation ni au niveau du recrutement des jeunes joueurs. 

« La direction Paris Saint-Germain ignorait tout de ses pratique puisque aucune fiche mentionnant un critère d’origine n’est jamais remontée à la direction » assure Jean-Martial Ribes, le directeur de la communication du club de la capitale.

Les meilleurs placements 2019

Un grand nombre de français préfèrent investir dans l’immobilier afin de garantir un revenu régulier. Toutefois, le placement dans la pierre demande une somme intéressante d’investissement et nécessite l’implication de l’investisseur dans la gestion de son bien (recherche locataire, travaux d’entretien… etc). Néanmoins, il existe un grand nombre de niches d’investissement qui sont méconnus par la majorité des français. Grâce aux conseils et l’expertise de l’équipe d’investissement au sein de la société de gestion vicennale, A Plus Finance, vous aurez tous les détails sur les meilleurs placements dans l’hexagone.

Investir dans le marché boursier

Il est important de rappeler qu’investir dans la bourse est accessible à tout le monde, même-si l’investisseur n’est pas un fin connaisseur du domaine. Il est vrai que placer son épargne dans le marché boursier comporte un certain niveau de risques, toutefois, le rendement vaut vraiment le risque encourus.

Selon les experts des investissements travaillant chez la société de gestion A Plus Finance, il est préférable d’effectuer un placement tout juste après les krachs. En effet, en achetant suite aux krachs, l’investisseur pourra économiser une grande somme d’argent.

Généralement, le problème se pose lors de la vente. Puisque la plupart des investisseurs ne savent pas le moment idéal pour vendre.

Afin de maîtriser ce type de placement, il est préférable de, soit de suivre une formation au préalable, soit de se faire assister par un professionnel dans le secteur. Cette dernière option, demande des dépenses en plus de la part de l’investisseur.

L’expert en marché boursier fera face aux mêmes difficultés que l’investisseur, c’est pour cette raison que plusieurs contribuables préfèrent gérer leur placement tout seul. Il faut juste essayer de s’entraîner et de se former grâce à des portefeuilles virtuels dans différents sites.

D’autres placements intéressants

En outre, l’investisseur à la possibilité d’ouvrir un PEA ou Plan d’épargne en Action. Ce type de placement nécessite une toute petite somme. Au bout de 5 ans, l’investisseur pourra bénéficier de plusieurs avantages fiscaux intéressants.

L’épargnant peut aussi investir dans une assurance, et à travers ces comptes, il pourra y placer des trackers qui suivront l’évolution des plus grandes capitales boursières. L’investisseur aura tous les détails sur les marchés boursiers ce qui pourra lui permettre de savoir quand réaliser des placements dans la bourse.

Investir dans les PME pour payer moins d’impôt

Rétablissement de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF))

Le 30 mars 2019, vingt sénateurs du groupe CRCE ont présenté une proposition de loi qui vise à promouvoir une justice fiscale par le rétablissement de l’ISF. Selon ces derniers, l’impôt de solidarité sur la fortune ouvrirait la voie vers une nouvelle justice fiscale.
Le taux de la minoration d’ISF pour les investissements dans les start-ups ou dans les PME (via une société holding ou en direct) est fixé désormais à 68 % du montant des versements effectués ou tenus et le plafond de l’avantage fiscal est abaissé à 22 000 euros pour les souscriptions de parts de fonds (FIP, FCPI, etc.) et à 52 000 euros pour les souscriptions “directes” au capital de start-ups ou PME. Les souscriptions au capital d’entreprises exerçant une activité immobilière ou financière sont désormais exclues du dispositif.

Investir directement dans une petite et moyenne entreprise

Afin de favoriser le développement et la création des petites et moyennes entreprises, une réduction d’IR (impôt sur le revenu) est accordée aux investisseurs.
Tout contribuable peut bénéficier d’une minoration d’impôt, à condition de conserver ses titres pendant six ans au moins. En cas de cession avant la fin de ce délai, cette réduction (allant jusqu’à 68 %) sera remise en cause.

Cet avantage concerne principalement les PME et les start-ups artisanales, industrielles libérales et commerciales qui sont soumises à l’impôt sur les sociétés. Celles-ci doivent aussi avoir un chiffre d’affaires de 80 millions d’euros au minimum, un bilan annuel n’excédant pas 33 millions d’euros et un effectif ne dépassant pas 320 personnes. Elles doivent obligatoirement avoir leur siège social dans un état membre de l’UE. En outre, il peut s’agir que de véritables start-ups ou PME au sens européen du terme.
Enfin, elles doivent avoir trois salariés au moins dès la fin du premier exercice (deux salariés au moins pour les sociétés artisanales).

Les entreprises ayant des activités financières – autrement-dit d’autres sources de revenus -, sans aucun rapport avec leur activité opérationnelle, et gérant leur propre patrimoine financier ou immobilier n’ont pas le droit à cette réduction.
Le groupe d’A Plus Finance propose un ensemble de solutions d’investissement. Cette société de gestion peut aider les sociétés françaises à trouver des co-investisseurs.
Elle accompagne les PME françaises innovantes ou industrielles dans leur développement. L’année dernière, elle a consacré plus de 50. 9 millions d’euros au financement de cinquante petites et moyennes entreprises françaises pour les accompagner dans leur transmission. A Plus Finance, spécialisée dans le capital investissement, annonce avoir franchi la barre des 720 millions d’euros d’encours sous gestion.

Investissement : la France attire les contribuables étrangers

Avec plus de 1320 décisions de placements réalisés par des sociétés étrangères durant 2018, l’hexagone a enregistré un record des investissements étrangers depuis 11 ans. Toutefois, ces investissements n’sont pas forcément en faveur de l’emploi.
Avec le grand nombre de réformes apportées par le gouvernement d’Emmanuel Macron, que ce soit au niveau du code du travail, du capital ou de la fiscalité, l’hexagone attire de plus en plus d’investisseurs étrangers.

Le nombre d’investisseurs en évolution

Selon les chiffres délivrés par la société de gestion A Plus Finance, plus de 1320 actes d’investissements ont été réalisés par des étrangers en 2018. Ce chiffre représente une augmentation de 2 %, par rapport à l’année précédente, ou le nombre d’investisseurs étrangers était de 1218.
En 2018, le nombre d’investisseurs étrangers représente en moyenne environ 25 projets par semaine. Un record jamais atteint depuis 11 ans. Selon Fabrice Imbault, le directeur général de la société de gestion indépendante A Plus Finance, ce chiffre incite le gouvernement à poursuivre les réformes en faveur des placements dans les PME en France.
Néanmoins, ces placements n’ont pas eu d’effet positif sur l’emploi. En effet, ces investissements étrangers ont permis le maintien de 30 302 emplois en 2018, alors qu’en 2017, il existait plus de 33 000 emplois.

Diminution du nombre d’emplois

Selon le rapport publié par Business France, ces chiffres pourraient être expliqués par la baisse du nombre d’emplois sauvegardés suite à la diminution des reprises de sites en difficulté.
Avec plus de 232 projets réalisés en 2018, les sociétés américaines enregistrent un grand retour dans l’investissement en France. Représentant 18 % des investissements en France, les sociétés américaines privilégient les placements dans la recherche et le développement. Ainsi les français ont découvert Uber qui vient d’implanter leur premier centre de recherche hors continent américain.
Dans le top trois des investisseurs, étrangers, on retrouve dans la deuxième place les Allemands suivis par les Britanniques. Il est important de signaler que la majorité des placements des Britanniques a concerné le secteur financier.
Toutefois, les investisseurs étrangers, recherchent plutôt l’innovation. En effet, l’innovation, le développement et la recherche sont très largement recherchés par les contribuables étrangers, en enregistrant une progression annuelle de 9 % depuis 2014.
Les principaux pays qui ont investi dans ce secteur sont les Etats-Unis 26 %, l’Allemagne 8 %, l’Italie 8 % et le Canada 7 %.