Ramadan 2020 : la date du début du mois de jeûne est confirmée

Alors que la maladie du Covid-19 continue à se propager dans l’hexagone, le Conseil français du culte musulman a affirmé depuis le 2 avril dernier, que le mois de jeûne pourrait commencer le vendredi 24 avril prochain. Il est important de rappeler que le ramadan 2020, se déroulerait certainement dans des conditions sanitaires assez particulières en raison des multiples mesures mises en place par le gouvernement afin de limiter la propagation de la pandémie du Covid-19, qui touche encore durement la France.

Les dates de ramadan 2020

Selon le Conseil français du culte musulman, la date du vendredi 24 avril 2020, marquera le début du mois de ramadan 1441, en se fondant sur les calculs astronomiques. Cette date de ramadan 2020, serait très certainement confirmée, par la traditionnelle observation du croissant lunaire qui aura lieu le 22 avril 2020 à la Grande mosquée de Paris.
Selon le président du Conseil français du culte musulman, l’observation serait effectuée comme d’habitude d’une façon physique au niveau de la mosquée dans le respect des mesures de confinement mises en place par le gouvernement ainsi que les différents gestes barrières en vigueur.

Les mesures qu’il faut respecter

D’après Mohammed Moussaou, le président du Conseil du Culte musulman, si le gouvernent annonce une prorogation de la période de confinement dans l’hexagone, la Grande mosquée de Paris, à l’instar de toutes les autres mosquées, respectera les règles mises en place en n’accueillant juste 20 fidèles, tout en gardant la distance réglementaire entre les personnes. Le Conseil français du culte musulman, d’ores et déjà prépare les fidèles à toutes éventualités en veillant au respect de la conduite à tenir.
Dans la perspective d’une prolongation du confinement ainsi que la fermeture des lieux culte durant une partie ou tout le mois de ramadan 2020, le Conseil français du culte musulman appelle tous les responsables, Imams, et savant en Islam, à veiller en usant de tous les moyens possibles afin de maintenir le contact avec la communauté musulmane en France, afin de garder l’esprit du partage du mois sacré en Islam notamment avec les familles les plus fragiles, tout en s’exprimant davantage durant cette période de confinement.

Le Paradis comme c’est décrit au Coran

Chacun essaie d’imaginer le Paradis selon des visions différentes, toutefois Allah nous a donné des petits aperçus sur le Paradis des pieux dans le Coran.
En effet, le Paradis est décrit comme étant un lieu qui est complètement différent de la terre que ce soit par la nature même de la vie, mais aussi par les plaisirs qui y sont disponibles.
Le livre saint de l’Islam, décrit la beauté de cet endroit, un monde qui est spécialement préparé à l’intention des Hommes pieux, que toutes choses qui leur sera accordé dépassera certainement leur capacité d’imagination. Tous les gens seront loin du besoin et du manque, et très loin de la peine et de la tristesse.
Quels sont donc les plaisirs du Paradis ? Que mentionne le Coran à propos de cet endroit ?

Les plaisirs du Paradis

Si vous passez à la loupe la vie que vous menez vous allez découvrir que la privation dépasse de loin le confort et le plaisir. Alors que la vie de l’au-delà sera exempte de souffrance. Les gens seront dans la pure joie et plaisir, car tout ce qui cause de la souffrance et de la douleur n’existent pas dans le Paradis. Sur terre, la majorité des gens allient succès et argent. Le désir de s’enrichir est une chose humaine. C’est pour cette raison qu’Allah a promis à tous les pieux, qu’ils auront tout ce qu’ils désireront, les biens, la richesse…etc, comme c’est mentionné dans sourate Az-Zukhruf,(verset 71) « … et il y aura [pour eux] tout ce que les âmes désirent et tout ce qui réjouit les yeux. »
Mais aussi dans sourate Al Kahf, verset 31, « Ils y seront parés de bracelets d’or et vêtus d’habits verts de soie fine et de brocart, et ils seront étendus sur des trônes. Quelle belle récompense et quelle belle retraite ! »
En outre, selon les hadiths rapportés du Prophète (paix et bénédiction de Dieu soient sur lui), « Au Paradis, les gens ne tomberont point malade, n’éprouveront jamais le besoin de se moucher ou de cracher » (hadith authentique rapporté par Al Boukhari). Tous les gens vivront éternellement jeunes, tout en profitant des plaisirs du Paradis.

Les jardins et les houris

Les gens du Paradis seront purs, par leur parole ainsi que par leur action. Ils vivront dans des jardins d’éden comme c’est expliqué dans sourate At-Tur « Les pieux seront dans des Jardins et dans des délices,
se réjouissant de ce que leur Seigneur leur aura donné, et leur Seigneur les aura protégés du châtiment de la Fournaise.
En récompense de ce que vous faisiez, mangez et buvez en toute sérénité,
accoudés sur des lits bien rangés», et Nous leur ferons épouser des houris aux grands yeux noirs » (du verset 17 au verset 19).

La révolution numérique en Afrique

Le développement du digital en Afrique semble être devenu un des sujets de la décennie.

Le continent africain rejoint le monde digital. La croissance de l’Afrique a pendant très longtemps été ralentie par les infrastructures généralement insuffisantes et les distances de transport, mais avec une connexion améliorée, ces problématiques sont en passe d’être dépassées.

Les grands opérateurs télécoms se développent et s’implantent massivement sur le continent africain, en faisant le laboratoire du monde digital de demain.

L’innovation digitale offre à cet immense continent une chance sans précédent de transformer les conditions de vie de sa population, de créer des emplois et de développer son économie.

L’accès au digital favorise, dans tous les pays du monde, une croissance du Produit Intérieur Brut – PIB. Cette évolution est déjà observée en Afrique.

Le continent connaît aujourd’hui un développement rapide, porté notamment par une dynamique entrepreneuriale. La raison principale de ce basculement est bien identifiée : “en dépit de la volatilité des cours des matières premières (le cuivre, l’or, le bois, le rutile, la bauxite, les diamants, le pétrole, etc.), du changement climatique, des crises, c’est certainement le développement du secteur numérique qui a été l’un des moteurs principaux de la croissance africaine des 10 dernières années”, estime Stéphane Richard, le Président-Directeur Général d’Orange.

 

       L’Afrique, un laboratoire pour les télécoms

Le continent africain reste plus que jamais un labo pour le monde des télécommunications, et même un modèle dans certains secteurs, principalement en matière de transactions financières digitales. Orange, le géant français des télécoms, présent dans trente pays, ne cesse d’évoluer, participant ainsi activement à la révolution numérique du continent.

Cet opérateur historique bâtit, depuis trois ans, une plateforme mutualisée et centralisée pour diffuser services et contenus sans passer par Internet. Une offre panafricaine qui sera prochainement accessible dans une trentaine de pays – Tunisie, Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo, etc.

Orange se situe dans le top 10 des sociétés les plus innovantes au monde. “Opérateur de services, on est à la fois : conseiller en transformation numérique, intégrateur de systèmes, acteur Over-The-Top, développeur et fournisseur de technologies, opérateur d’infrastructure.

Nous concevons et accompagnons la mise en œuvre des solutions sectorielles : industrie, secteur public, santé, transport, banque… Nous optimisons et opérons les solutions de communication de nos clients : mobilité, infrastructure, collaboration, sécurité, applications, infrastructures… Nos salariés ont une responsabilité très particulière : accompagner nos clients – où qu’ils soient – et faciliter leur vie numérique…

Chez Orange, nous progressons et nous apprenons chaque jour… Rejoignez-nous et fabriquons ensemble un monde de progrès pour tous”, ajoute Stéphane Richard.

Pour tout savoir des valeurs du groupe ‘Orange Tunisie’ ainsi que de sa politique de recrutement, visitez le site d’emploi Okapi. Celui-ci met à votre disposition des annonces et offres d’emploi – Tunisie – mis à jour régulièrement.

Syrie : le danger pour la région, ce sont les tweets et les déclarations du président américain

Le président des Etats-unis, a encore semé le doute géopolitique de Washington en annonçant le retrait des forces américaines de la Syrie dans un tweet, dimanche dernier, avant de rétropédaler l’annonce mardi matin. Le journaliste français Jean-Pierre Duthion, a annoncé qu’il est difficile de savoir s’il aura encore des forces américaines ou non sur les territoires syriens.
La question qui se pose, est-ce que cette incertitude risque-t-elle de plonger la Syrie à nouveau dans le chaos après ces 8 années déjà sombres ?
D’après le consultant média et expert du conflit syrien, Jean-pierre Duthion, cette situation risque de profiter aux pires groupuscules.

Les conséquences du retrait des forces américaines du nord syrien ?

Il est évident que le risque que la Syrie replonge dans le feu et le sang existe bel et bien. En effet, si les soldats américains se retirent de la frontière syro-turque, il est très probable que les forces turques prennent les devants et bombardent les milices kurdes qui ont été jusqu’à dimanche protégés par leur allié les Etats-Unis. En se retirant, les américains laissent les groupes kurdes à leur propre sort, une situation que la Turquie risque d’en profiter. Suite à l’annonce de la Maison-Blanche, les groupes Kurdes ont pris l’initiative en prévenant qu’en cas d’invasion des turcs ils ne baisseront pas leurs armes et qu’ils comptent bien occuper le nord de la Syrie.
Si Ankara se lance dans le découpage du sol syrien, il est probable de voir les forces du régime de Bachar et les kurdes s’allier afin de repousser leur ennemi commun.
Alors que la Turquie était il y a quelques années l’alliée des Etat-unis, aujourd’hui elle se rapproche de plus en plus avec la Russie et s’éloigne plus de l’OTAN et de l’Occident. Une situation qui rend Ankara de plus en plus imprévisible.

Cette situation ne risque pas de ressusciter l’État islamique ?

Il est vrai que le chaos dans lequel replongera la Syrie constituait un terrain favorable pour la résurrection, de l’État islamique ou d’autres groupes terroristes. En effet, malgré que l’État islamique a été vaincu militairement, il n’est pas pour autant complètement éliminé puisqu’il continue à réaliser des attentats, notamment en Irak.

« Le conflit en Syrie est effectivement terminé » d’après le chef de la diplomatie russe

Même si les foyers de tension existent encore au niveau de certaines régions qui ne sont pas sous le contrôle du gouvernement syrien, comme dans la zone de la province d’Idlib, le conflit syrien pourrait être considérée comme terminée, a affirmé, Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères.

Le retour du calme en Syrie

Selon Jean-Pierre Duthion, le seul journaliste français se trouvant à Damas, la Syrie commence à reprendre progressivement une vie assez normale en tendant vers la fin de la guerre. Le chef de la diplomatie russe assure que le conflit en Syrie est vraiment terminé, néanmoins, des foyers de tension séparés existent encore au niveau des régions non contrôlées par le gouvernement syrien comme la rive de l’Euphrate et Idlib.
Le consultant média français Jean-Pierre Duthion, affirme que dans ces conditions, l’objectif de premier plan pour la Syrie est d’apporter l’aide humanitaire nécessaire tout en faisant évoluer le processus politique selon le règlement de la crise, ce qui permettra à la stabilisation de la situation à long terme dans le pays, ainsi qu’au niveau de la région moyen-orientale.

L’allié du régime de Bachar

La Russie, le premier allié du régime de Bachar Al Assad, a mentionné qu’il est important d’accorder une importance considérable à l’entretien des contacts réguliers avec les parties syriennes ainsi que l’opposition. En outre, la Russie appelle toutes les sociétés syriennes à prendre part au processus politique.
Généralement la Russie, encourage la reconstruction de la Syrie, et la souveraineté du pays et l’intégrité territoriale tout en veillant à la suppression rapide de la recrudescence du terrorisme, afin de faciliter le retour des syriens chez eux, ainsi il assurera la sécurité, ainsi que la stabilité au moyen-orient.

La situation de la Syrie

Déclenché en 2011, le conflit syrien, a fait plus de 370 000 morts. Depuis le mois d’août 2015, le président de Bachar Al Assad, a demandé l’aide militaire de la Russie.
En septembre 2015, les forces aérospatiales russes ont réalisé des frappes aériennes au niveau des infrastructures abritant des terroristes. Durant 2017, l’État islamique, a été annoncé vaincu. Le règlement politique, le retour des réfugiés et la restructuration du pays, forment une priorité pour le régime syrien.

Les meilleurs joueurs de football veulent jouer au Paris Saint-Germain

Assumant son rôle du président de l’un des clubs les plus importants dans le monde du football, Nasser Al Khelaïfi, a décidé de renouveler le contrat d’Angel Di Maria jusqu’en 2021. En effet, le président du Paris Saint-Germain peut être fier de son club, depuis l’arrivée de la grande star du football brésilien Neymar, le club parisien brille dans tous les championnats.

Angel Di Maria est de nouveau dans le club parisien jusqu’à 2021

Les joueurs du club parisien se réjouissent du renouvellement du contrat d’Angel Di Maria jusqu’en 2021. Le président du PSG, Nasser Al Khelaïfi a tenu a précisé « Je suis content pour le renouvellement du contrat, de notre joueur de milieu du terrain. Angel Di Maria est en train de vivre l’un des moments les plus fantastiques dans sa carrière en combinant talent et expérience. En effet, Di Maria a choisi de continuer avec le Paris Saint-Germain, en affirmant que c’est l’un des meilleurs clubs au monde ».
Alors que les journalistes s’interrogent sur le contrat de Neymar et les multiples rumeurs qui portent sur son retour en Espagne, le président du PSG affirme «Comme Angel Di Maria qui a choisie de jouer ses meilleures années dans la meilleure équipe de football, les meilleurs joueurs de la planète préfèrent rester dans les meilleurs clubs sur le long terme ».

Le club parisien s’intéresse à « Monchi »

Selon Paname Squad le PSG s’intéresse de très prés à Ramón Rodríguez Verdejo ou aussi appelé Monchi qui pourrait succéder Antero Henrique, comme directeur sportif du club parisien. En effet, selon le directeur de la communication du PSG, Jean-Martial Ribes, l’actuel directeur sportif de la Roma succéderait certainement à Henrique dont les heures au Parc des Princes sont comptées.
Selon le quotidien milanais, le président du PSG pourrait aller au bout de son idée en remerciant l’actuel directeur sportif du club. Cette décision pourrait être plus facile à prendre s’il pourrait le remplacer par le directeur sportif de la Rome, Ramón Rodríguez.
En effet, plusieurs médias italiens ont mentionné l’intérêt que porte ces derniers jours, le club parisien, pour les services du dirigeant sportif espagnol compte tenu de son bon travail ces dernières années avec l’équipe romaine, mais surtout dans les rangs de Séville.
Pour Ramón Rodríguez, cela serait une bonne occasion surtout que le club romain n’a pas bien entamé son championnat, et même les joueurs qui ont récemment rejoint Rome n’affichent pas encore la meilleure de leur forme.
Il Corriere della sera, a mentionné que l’agent de joueurs de football, Mino Raiola, pourrait participer dans l’opération du transfert de Monchi au PSG.

Islam : découvrez la religion musulmane

Avec tous les événements qui ont eu lieu ces dernières années, un grand nombre de personnes ont associé ces événements graves avec la religion musulmane. Selon l’imam de la grande mosquée de Paris, l’islam a toujours été une religion de paix, de respect et de miséricorde. Il est important de redécouvrir cette religion qui est loin d’être à l’image qu’essaie de répandre certaines personnes.

La religion musulmane

Afin d’appartenir à cette religion, une personne doit croire en un Allah le seul, unique et incomparable Dieu, croire aux anges, aux différents prophètes qui ont apporté la révélation à l’humanité. Mais aussi, il faut croire au jour du jugement dernier, admettre l’influence de Dieu sur le destin des Hommes et reconnaître l’existence de la vie après la mort.
En effet, les musulmans, reconnaissent la succession des prophètes depuis Adam jusqu’à Mohamed (paix et bénédiction de Dieu soit sur lui), en passant par Jacob, Moïse, David et Jésus.
Néanmoins, les musulmans affirment que le message final de Allah pour les humains fut révélé par le Prophète Mohamed (Paix et bénédiction de Dieu soient sur lui) par l’intermédiaire de l’archange Gabriel.

Comment devenir musulman ?

Toute personne qui veut devenir musulmane doit impérativement admettre et prononcer la shahada « Il n’y a d’autre Dieu que Allah et Mohamed est le messager d’Allah ». Ainsi, le musulman déclare sa foi à Allah. En outre, le musulman doit obligatoirement respecter les cinq piliers de l’Islam, qui sont, la Shahada, l’aumône obligatoire, la prière aux horaires de prière, jeûner ramadan et le pèlerinage.

Que signifie le mot Islam

Selon l’imam de la grande mosquée de Paris, le mot Islam signifie en arabe, la soumission. En outre, Islam dérive du mot la paix. Par conséquent dans le contexte religieux, Islam signifie, la soumission complète à la volonté d’Allah.
L’imam explique que le mot Allah désignant Dieu en arabe a été déjà utilisé par les Chrétiens arabes.

Le christianisme et l’islam, ont-ils des origines différentes ?

Non, le Christianisme, l’islam et le judaïsme, ont la même origine, le prophète patriarche Abraham. En effet, les trois prophètes sont des descendants directs de ses fils Ismaïl et Isaac. Il est important de mentionner que c’est Abraham qui a construit la Kaabah vers laquelle tous les musulmans s’orientent durant les heures de prières.

Le Coran, Livre Sacré de l’Islam

Le Livre Saint tel qu’on le connaît aujourd’hui a été établi par “Othman Ibn Affan”, le troisième Calife successeur du Prophète et Messager Muhammad, qui a recensé les différentes sources écrites et orales qui circulaient parmi les Musulmans.
Réellement, Muhammad, le Prophète et Messager de Dieu, n’a fait que lire les textes qu’il recevait, et ses compagnons fidèles en ont fait autant. Ensuite, certains ont écrit des fragments sur des omoplates de chameau ou des morceaux de cuir. “Othman Ibn Affan” fit alors établir un texte irremplaçable, unique – tel qu’il a été récité à Muhammad – et détruire toutes les autres sources qui ne lui semblaient pas si fiables.
Le Coran, le Livre sacré de l’Islam et des Musulmans, étant considéré comme la parole de Dieu Tout Puissant ; il faut le lire en arabe, dans le style littéraire de l’époque. Il est très difficile à lire, c’est pourquoi peu de gens le connaissent – à l’époque du Prophète Muhammad. La vie des musulmans est également guidée, régentée beaucoup par la Sunna – d’autres propos, “Hadiths”, du Prophète – étant donné que le Livre Saint ne s’explique pas tout seul. C’est la Sunna qui réglemente les menus détails de la vie.

Les piliers de l’Islam

 

Dans la croyance musulmane, Dieu est unique. Sa volonté est suprême. Il donne sa miséricorde à qui il veut… C’est lui, le Tout Puissant, qui a envoyé les Prophètes et le Coran.

La profession de foi
La profession de foi est le premier pilier de l’Islam. Celui-ci est le plus important.
La foi fut révélée par le biais des Messagers d’Allah, parmi lesquels “Issa” et “Moussa”, ou Jésus et Moïse ainsi qu’on les appelle en français. Les musulmans croient que le dernier Message d’Allah Tout Puissant, le plus universel, a été révélé à Muhammad.
La croyance en un seul Dieu est donc la base de la religion islamique.

La prière

La prière exprime la foi – dans l’Islam – à travers la communication personnelle avec Dieu Tout Puissant. Celle-ci peut s’effectuer en public – dans les mosquées – ou dans l’intimité.
Le musulman, notamment le croyant doit effectuer quotidiennement cinq prières – obligatoires – “Al Sobh, Al Dohr, El Asr, Al Maghrib, Al Icha”, en direction de La Mecque.
Ces prières sont rythmées en fonction de l’emplacement naturel, le soir, au coucher du soleil, l’après-midi, à la mi-journée et à l’aube. La prière est constituée de rakaat – dont le nombre varie de deux à quatre rakaat – en fonction de la prière effectuée.
Horaires de Prière Qatar
– Al Fajr : 03 : 10 mn ;
– Al Dohr : 11 : 38 mn ;
– Al Asr : 15 : 01 mn ;
– Al Maghreb : 18 : 29 mn ;
– Al Icha : 19 : 59 mn.

L’aumône
L’aumône envers les nécessiteux et les pauvres occupe également une place très importante dans l’Islam.

Le jeûne du Ramadan
Muhammad, le Prophète de l’Islam, reçut la première révélation du Coran durant le mois du Ramadan, 9e mois lunaire. Ce mois sacré possède ainsi une signification particulière dans l’Islam. Les musulmans, notamment les croyants jeûnent, chaque jour durant le mois de Ramadan, du lever de soleil jusqu’au coucher. Ceux-ci doivent s’abstenir de boire, de fumer, de manger et d’avoir de relations sexuelles.

Le pèlerinage
Le pèlerinage est le dernier des piliers de l’Islam. Celui-ci comporte une série de rites – pratique sociale de caractère sacré – se déroulant chaque année à la mosquée sacrée de La Mecque.

Les meilleurs placements 2019

Un grand nombre de français préfèrent investir dans l’immobilier afin de garantir un revenu régulier. Toutefois, le placement dans la pierre demande une somme intéressante d’investissement et nécessite l’implication de l’investisseur dans la gestion de son bien (recherche locataire, travaux d’entretien… etc). Néanmoins, il existe un grand nombre de niches d’investissement qui sont méconnus par la majorité des français. Grâce aux conseils et l’expertise de l’équipe d’investissement au sein de la société de gestion vicennale, A Plus Finance, vous aurez tous les détails sur les meilleurs placements dans l’hexagone.

Investir dans le marché boursier

Il est important de rappeler qu’investir dans la bourse est accessible à tout le monde, même-si l’investisseur n’est pas un fin connaisseur du domaine. Il est vrai que placer son épargne dans le marché boursier comporte un certain niveau de risques, toutefois, le rendement vaut vraiment le risque encourus.

Selon les experts des investissements travaillant chez la société de gestion A Plus Finance, il est préférable d’effectuer un placement tout juste après les krachs. En effet, en achetant suite aux krachs, l’investisseur pourra économiser une grande somme d’argent.

Généralement, le problème se pose lors de la vente. Puisque la plupart des investisseurs ne savent pas le moment idéal pour vendre.

Afin de maîtriser ce type de placement, il est préférable de, soit de suivre une formation au préalable, soit de se faire assister par un professionnel dans le secteur. Cette dernière option, demande des dépenses en plus de la part de l’investisseur.

L’expert en marché boursier fera face aux mêmes difficultés que l’investisseur, c’est pour cette raison que plusieurs contribuables préfèrent gérer leur placement tout seul. Il faut juste essayer de s’entraîner et de se former grâce à des portefeuilles virtuels dans différents sites.

D’autres placements intéressants

En outre, l’investisseur à la possibilité d’ouvrir un PEA ou Plan d’épargne en Action. Ce type de placement nécessite une toute petite somme. Au bout de 5 ans, l’investisseur pourra bénéficier de plusieurs avantages fiscaux intéressants.

L’épargnant peut aussi investir dans une assurance, et à travers ces comptes, il pourra y placer des trackers qui suivront l’évolution des plus grandes capitales boursières. L’investisseur aura tous les détails sur les marchés boursiers ce qui pourra lui permettre de savoir quand réaliser des placements dans la bourse.

    Le financement des campagnes électorales

 

   L’intérêt du système de financement public des élections présidentielles :

[…] C’est pour cela qu’en l’état actuel des choses, le système permet de refuser le principe du financement public pour les primaires (la désignation du candidat d’un parti à une élection) et d’opter pour un financement public pour l’élection générale.

C’est d’ailleurs, le choix qu’ont fait John Kerry et Georges Bush (hommes politiques américains).

L’intérêt du système de financement public des élections présidentielles est qu’il se double d’un plafonnement des dépenses électorales.

Or, en vertu des dispositions du FECA (Federal Elections and Campaigns : régit le versement des contributions aux candidats), les limites de dépenses relatives à l’élection générale s’appliquent à compter de l’acceptation formelle par un candidat de sa nomination par la convention nationale.

C’est la raison qui a amené Kerry à imaginer pendant un temps de n’accepter sa nomination que bien après la convention nationale démocrate, à peu près au moment de la convention républicaine plus d’un mois plus tard.

  Financement des candidats à la présidence en 2004 :

L’application du BCRA, même si, elle limite l’influence des groupes de pression en éliminant les dons aux comptes de campagne et en relevant le plafond des contributions directes individuelles, ne règle cependant pas tous les problèmes liés au financement des campagnes électorales présidentielles.

De toute évidence, le dispositif reste imparfait. Elle constitue en tout cas la thématique récurrente des scandales qui ont émaillé la présidence, plus particulièrement, encore depuis les années 1990, tandis que le coût des campagnes électorales est devenu exorbitant.

Ce problème a été mis en lumière par un article du New York Times en avril 2000, dans le cadre de l’élection de Bill Clinton en 1998.

Deux compagnies avaient effectué des transferts illégaux (injustifiés) de technologie au profit de la Chine.

Le lien entre l’approbation par les Chinois et Bernard Schwartz, par le président du lancement d’un satellite américain, à la tête de l’entreprise en cause, et également, l’un des généraux donateurs du Parti démocrate, est un exemple probant.

[Il a été très vite établi par les journalistes].

Ce “pseudo-scandale” a pu souligner à son tour, la persistance des problèmes de corruption, ajoute, “Audrey Crespo-Mara”.

Les candidats renoncent de plus en plus fréquemment au financement public de façon à ne pas se voir imposer de seuil de dépenses.

Il est vrai que de nouvelles méthodes de collecte de fonds durant les campagnes électorales pourraient permettre de réduire le coût de ce mécanisme et, dès lors, les coûts globaux de la campagne : en effet, l’utilisation d’Internet permet de recueillir des fonds rapidement et à peu de frais.

Surtout, ce procédé permet de disposer des fonds immédiatement. À l’inverse des promesses de financement qui obligent à attendre le dépôt d’un chèque, les dons en ligne par carte de crédit donnent une liquidité immédiate au compte de campagne”, article écrit par la talentueuse journaliste française, “Audrey Crespo-Mara”.