Ramadan 2021 : le gouvernement assure le contrôle économique dans les marchés durant le mois de jeûne

Avec l’arrivée imminente du mois de jeûne 2021 qui devrait débuter dans seulement quelques semaines, le ministère du Commerce et du Développement des exportations a affirmé la mise en place de plusieurs équipes d’intervention qui assureront le contrôle économique au niveau des marchés.

Selon le communiqué du ministère, près de 200 équipes seront mobilisées afin d’assurer la surveillance et le suivi des produits agroalimentaires et agricoles durant le mois de jeûne.

Contrôle économique dans les marchés

Alors que la date du début du mois de ramadan 2021 devrait être aux alentours du 13 avril 2021, le ministère du Commerce et du Développement des exportations a décidé de mobiliser plusieurs cellules permanentes afin d’assurer le contrôle économique dans les marchés. Ces dernières sont composées de 50 équipes d’intervention rapide, ainsi que de 150 équipes mobiles qui assureront le suivi et le contrôle des produits essentiellement alimentaires.
D’après le programme de contrôle économique mise en place par le ministère du Commerce, le contrôle et la surveillance se concentrera durant la première quinzaine du mois de jeûne sur le suivi des produits subventionnés, les espaces de loisirs, les cafés ainsi que les produits agro-alimentaires et les produits agricoles.
Au cours de la deuxième moitié du mois de ramadan 2021, la surveillance économique englobera aussi les commerces de chaussures et de prêt-à-porter, ainsi que les produits qui sont en relation avec les préparatifs de l’Aïd.

Le programme de contrôle

Selon ce programme de contrôle, les équipes se focaliseront essentiellement sur les surveillances quotidiennes des circuits de distribution afin d’agir efficacement contre les pratiques de spéculation et de monopole ainsi que l’approvisionnement en dehors du circuit légal, la publicité mensongère, la vente conditionnée, le détournement des produits subventionnés …

Par ailleurs, les mécanismes de contrôle seront diversifiés pour pouvoir assurer un contrôle continu même après les horaires administratifs, tout en assurant la couverture de tout le territoire.

Plusieurs bureaux d’opérations régionaux et centraux seront aussi mis en place afin de pouvoir traiter les réclamations des consommateurs. Il est important de mentionner que les différentes commissions régionales de surveillance seront mises en place et la coordination entre les différents gouvernorats et départements concernés.
Les opérations de surveillance viseront les boulangeries, les circuits de distribution, les détaillants, les marchés de gros, les unités de production, les dépôts anarchiques, les dépôts de stockage… Et plusieurs sanctions seront appliquées contre ceux qui transgressent les lois.

Ramadan 2021 : les responsables du ministère assurent que le mois de jeûne sera exceptionnellement cher

Selon des sources du ministère du Commerce et de l’Appui aux exportations en Tunisie, l’institution gouvernementale a organisé le 23 mars dernier une conférence portant sur les prix des fruits et des légumes durant le mois de jeûne 2021.
Il est essentiel de mentionner que les prix des produits alimentaires enregistreront une hausse importante durant le mois de ramadan 2021.

Conférence organisée pour débattre de la hausse des prix des denrées alimentaires

Le 23 mars dernier une réunion a été organisée au sein du ministère du Commerce et de l’Appui aux exportations en Tunisie, afin de débattre les prix des produits alimentaires durant le mois saint en islam.
Sans aborder aucune mesure visant à remédier à la hausse des prix des différents produits de consommation essentiels qui ont été retrouvés sous l’emprise des gangs spécialisés dans la spéculation au niveau des circuits d’approvisionnement et les prix des produits durant cette dernière période, les responsables travaillant au sein du ministère se sont contentés à attribuer cette augmentation des prix à la coïncidence de la période d’intersaison avec l’arrivée du mois de jeûne.

Le haut responsable des prix et de l’approvisionnement des produits alimentaires travaillant au sein du ministère du Commerce, a assuré que durant le mois saint en islam, les tomates et les piments vont enregistrer une volatilité au niveau des prix et de l’approvisionnement, vu que le commerce intérieur se limite durant cette période à la production des cultures sous serre. En outre, à cause de la régression attendue de la productivité suite à la pénurie des engrais chimiques, les prix du piment et des tomates augmenteront.

La hausse des prix des légumes et fruits durant le mois de jeûne 2021

Cette année, le directeur a assuré que le ministère compte mettre en place plusieurs équipes afin d’assurer le contrôle économique des produits alimentaires durant le mois de jeûne. Il est important de rappeler que la date du début du ramadan 2021 serait le 13 avril prochain.
Selon les responsables, il est difficile de maîtriser les prix de certains légumes comme les choux-fleurs, les pommes de terre, les navets, les carottes ainsi que l’oignon. Ils ont indiqué que les viandes blanches et rouges, ainsi que les fruits vont se faire rare au niveau des étals des maraîchers à cause essentiellement de la fin de leur saison de production en avril.

Ramadan 2020 : les étapes à réaliser durant le mois de Chaabane

Il est important de tirer le plus grand profit durant le mois de ramadan 2020, et ce en commençant à sepréparer dés le mois de chaabane, le 8emois du calendrier hégirien.
En effet, d’après le calendrier musulman qui se fonde sur la croissance lunaire, a une grande importanceen Islam. Alors que nous sommes qu’à quelques semaines du début du mois de ramadan 2020, il estimportant de commencer à s’y préparer dés le mois de Chaabane.

Le mois sacré en Islam à nos portes

D’après les Imams et les savants en Islam, le mois de jeûne débutera cette année aux alentours du 23 avril.La date exacte serait fixée suite à la traditionnelle observation lunaire qui aura lieu durant la nuit dudoute, le soir du 22 avril prochain. Constituant, l’un des mois le plus sacré, le jeûne de ramadan est l’undes 5 piliers de l’islam. Le jeûne qui dure tout un mois, s’effectue dés le lever du soleil jusqu’à soncoucher, en, se privant, de boire, de manger, de fumer mais aussi d’avoir des relations sexuelles, tout enveillant à garder un bon comportement avec autrui. Cela constitue la partie physique qui caractérise lemois béni en Islam. Toutefois, le mois de jeûne possède toute une dimension spirituelle. En effet, le moisdu jeûne est une école où l’être humain pourra travailler sur soi-même afin de pouvoir de gérer ses désirstout en se rapprochant et se réformant au mieux à Allah.

Le mois de ramadan, une occasion pour se réformer

Malgré que l’effort de se réformer doit être pratiqué au quotidien dans la vie du musulman, toutefoisdurant le mois de ramadan les fidèles essayent de multiplier les actes d’adoration comme la lecture duCoran, aider les personnes le plus démunies, et à effectuer les prières obligatoires durant les heures de prières de Ramadan 2020.
En effet, durant les quatre semaines du mois de ramadan, le spirituel l’emporte sur toutes les affairesmondaines. C’est pour cela qu’il est important de se préparer à l’arrivée de ce mois béni, puisque on nepasse pas d’une vie qui consacre plus d’importance aux études, au travail, à la recherche d’emploi, qu’à lade méditation et de prière, du jour au lendemain.
Pour ce faire, le centre islamique de la Réunion a annoncé toute une feuille de route qui permettrait auxfidèles de profiter du 8e mois de chaabane, afin de se préparer à mieux accueillir le mois du jeûne et d’êtreprêt à tirer le meilleur profit.

Jean-Pierre Mangiapan se prépare aux municipales de 2020

L’ancien 1 er adjoint au maire durant la mandature de 2008 et 2014, et actuel conseiller de l’opposition durant cet mandat, Jean-Pierre Mangiapan a annoncé sa candidature de nouveau pour les municipales à la tête de la liste « J’aime Villefranche ».

Est-ce une revanche pour les municipales de 2014 ?

Après l’annonce du maire sortant Christophe Trojani qui brigue un nouveau mandat pour la maire de Villefranche-sur-Mer, tous les villefranchois se retrouvent dans une situation de déjà vu. Le candidat favori et enfant de la commune a tout de même affirmé que cette élection n’est absolument pas une revanche des municipales de 2014. Ayant élaboré un programme suite à une large concertation participative, Jean-Pierre Mangiapan assure que ces priorités sont la sécurité des villefranchois et le dynamisme du centre ville de la commune.

Les premières mesures de Jean-Pierre Mangiapan dans sa commune

Avec un bilan qui est assez négatif pour le maire sortant, le candidat de la liste « J’aime Villefranche » est bien motivé pour ces municipales.
Promettant de ne pas augmenter l’impôt local quoi qu’il arrive, le conseiller de l’opposition propose un programme composé de dix projets issus essentiellement d’une large concertation participative, fruit d’une dizaine réunions thématiques.

Selon Fédéric Ledeux qui a rejoint l’équipe de l’ex 1er adjoint de Gérard Grosgogeat, parmi les premières mesures qu’il mettra en place, la mise en place d’un plan quinquennal de réfection des voiries avec la Métropole. En outre, Mangiapan veillera à la création une force d’action efficace et rapide afin de faire de Villefranche une ville propre.

Par ailleurs, s’il est élu maire de la commune, il ferait un recensement des logements vacants tout en mettant en place des conventions entre les propriétaires et la commune.

Du nouveau dans l’équipe Mangiapan

Le conseiller de l’opposition candidat aux municipales de 2020 a annoncé l’arrivée de Fédéric Ledeux, l’un des piliers de l’équipe Cirasa qui a refusé en 2014 la fusion des deux listes. Cette annonce est-ce une réponse à Richard Conte qui a rejoint l’équipe de Christophe Trojani ?… À faire à suivre.

L’État veut le très haut débit pour tous en 2021

La fibre optique, ou le réseau FTTH (Fiber To Fiber ; Fiber To The Home), ouvre un immense champ d’expansion à de nouveaux services porteurs de croissance et de productivité. “Afin de développer à grande échelle ces nouvelles applications, comme la télévision haute définition (TVHD), la visioconférence, la maison connectée, le cloud computing, l’e-éducation, l’e-santé, etc., des capacités de transmissions significatives sont donc essentielles.

Pour cela, il faut développer et créer de nouveaux réseaux à THD. Ce sont les réseaux FTTLA et FTTH permettant d’atteindre les plus hautes performances en termes de vitesse et de capacité de transmission. Le déploiement de ces nouveaux réseaux nécessite un investissement colossal : 40 milliards d’euros au minimum”, explique Jean-Philippe Bosnet, le président du groupe Paritel.

Afin de permettre l’éclosion de ces réseaux, le Premier ministre, Edouard Philippe, a débloqué une enveloppe de 12 milliards d’euros, dont 5 milliards ont déjà été attribués. La transition vers le THD nécessite d’importants investissements en infrastructure. Au terme de trois semaines de négociations, Free, Bouygues Telecom, SFR, Orange et Paritel, ont conclu un accord astreignant avec Emmanuel Macron, le président de la République française, qui a fait de l’amélioration de la couverture mobile et fixe un enjeu primordial. Ce compromis fixe, selon les dires d’Emmanuel Macron, les règles du jeu de ce secteur, en pleine expansion, pour les quinze prochaines années.

Pour lutter contre la mauvaise réception dans les régions rurales et moyennement denses, les acteurs du secteur ont promis d’installer plus de 7000 sites complémentaires. À noter que 53 % de ces sites seront partagés “On vient de conclure un nouvel accord qui est en tout un point original, voire exclusif, avec le régulateur des télécoms (l’Arcep : l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse) et les cinq principaux opérateurs”, déclare Emmanuel Macron lors de la Conférence nationale des territoires.

Très Haut Débit (THD) pour tous d’ici 2021 : est-ce possible ?

Le président de la République a appelé mercredi les opérateurs télécoms français à respecter leurs engagements dans le cadre PFTHD qui vise à doter l’ensemble du territoire de connexions THD d’ici 2021.
Au premier trimestre 2020, la couverture du territoire français en THD est passée, selon les dernières données communiquées par l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), à près de 63 %, contre 29 % fin 2018. C’est un nouveau record !

Syrie : la Turquie accuse les Etats-Unis de projeter la création d’une zone tampon pour les terroristes

Après une heure, de la patrouille des soldats américains et turcs, réalisée durant la matinée du 8 septembre dernier dans le secteur qui est censé devenir une zone tampon au niveau du nord-est de la Syrie, selon un accord qui a réuni les deux pays, le président turc, a accusé les Etats-Unis de vouloir créer une zone de sécurité pour les terroristes kurdes.

Le point de vue d’Erdogan de ce qui est en train de se passer au nord-est de la Syrie

D’après le journaliste et consultant en média français Jean-Pierre Duthion, Erdogan a affirmé lors de son discours « alors que la Turquie essaie d’inciter les groupes terroristes de se retirer du nord-est de la Syrie, les Etats-Unis, veulent nous contrôler, mais aussi au même temps, ils veulent contrôler les terroristes. Il semble que les USA veuillent à la création de la zone tampon en Syrie non pas pour la protection de nos frontières des djihadistes, mais pour les intérêts d’une organisation terroriste. C’est pour cette raison que nous tenons à rejeter un tel accord ».
En outre, Erdogan a menacé une nouvelle fois la création d’une zone de sécurité unilatérale (sans l’intervention des Etats-Unis) à l’est de la Syrie.
Le président turc a insisté si la zone tampon en Syrie, ne sera pas créée d’ici la fin du mois de septembre, son pays n’aura pas d’autre choix que de le créer tout seul.

Patrouille conjointe des soldats des deux pays

Le 8 septembre dernier, 12 véhicules blindés américains et turcs ont réalisé leur première patrouille commune au niveau de la zone nord-est de la Syrie, un secteur dont la Turquie veut transformer en une zone tampon. Une mesure qui est prévue par un accord conclu le 7 août.
D’après le journaliste français Jean-Pierre Duthion, la patrouille a duré plus de 3 heures et elle a pris fin avec le retour des soldats turcs en Turquie.
Il est important de mentionner que la Syrie s’est opposé fermement à l’accord qui a eu lieu entre la Turquie et les Etats-Unis, le 7 août dernier. Puisque le gouvernement syrien déclare qu’il s’agit d’une atteinte à la souveraineté et l’intégrité territoriale de la république syrienne.

Journée meurtrière à Damas, où l’ombre des armes chimiques resurgit

Plus de 75 civils ont été tués dimanche dans des raids (opération militaire très rapide en territoire ennemi) du régime “Assad” près d’Alep. D’autres attaques ont été menées la veille à Damas, la capitale syrienne. Selon Washington, le régime du dictateur syrien “Bachar Al-Assad” a utilisé “du chlore”.
Un nouveau drame illustrant le lourd tribut payé par les habitants (une personne qui n’est pas membre d’une armée) dans la guerre. Ces frappes sont intervenues au lendemain de bombardements meurtriers à Damas (la capitale de la Syrie) où le régime du dictateur syrien est soupçonné d’avoir utilisé des gaz toxiques.

Syrie : Bachar Al-Assad affirme que la guerre n’est pas terminée et que son pays se battra jusqu’au bout !

Dans la Syrie ravagée par la guerre depuis 2013, le mois de juillet a été spécialement meurtrier. Dimanche, 75 civils ont péri dans des tirs d’artillerie (matériel de guerre comprenant les mortiers, les canons, les mitrailleuses et leurs munitions) et des attaques aériennes du régime de “Bachar Al-Assad” visant diverses localités de la Ghouta, a rapporté le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme (HCDH).
Les raids les plus meurtriers ont visé “Harasta El-Bassal” (se trouve dans la banlieue, au sud-est de Damas), où plus de vingt personnes ont été tuées (sur le coup) sur un marché, dont sept enfants, a précisé l’Organisation des Nations Unies. À Hteitit Al-Turkmen, une femme est morte dans des tirs d’artillerie.
Un marché de la localité de Beit Sawa (situé juste à l’est de Damas ; fait partie du district de Markaz Rif Dimashq) a aussi été touché et quinze civils tués, selon le HCDH.
Ces derniers mois, le pouvoir du dictateur syrien a été accusé d’avoir mené, en Syrie, diverses attaques chimiques. Le 15 juillet, le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme avait principalement rapporté 53 cas de suffocation dans la Ghouta orientale, alors que des sources médicales et des habitants avaient évoqué une attaque au chlore.

Un Français à Damas

La guerre civile qui touche actuellement Damas a fait fuir la majorité des ressortissants étrangers. Jean-Pierre Duthion, expatrié français, a décidé de rester dans la capitale syrienne “Damas”, et de tweeter en temps réel cette crise qui se déroule sous ses yeux.
“Tous mes amis étrangers ont quitté la Syrie depuis neuf mois au moins. À ma connaissance, il ne reste plus aucun expatrié à la capitale syrienne, je suis le seul qui soit resté”, Jean-Pierre Duthion, lors d’une interview.
Et pourtant, rien ne le prédestinait à vivre dans un pays en guerre. Malgré cette guerre civile qui endeuille la Syrie, ce dernier refuse de rentrer en France.

L’avocat Yassine Bouzrou, déchargé de l’affaire de l’islamologue suisse

 

Au cours d’une conversation téléphonique, Tariq Ramadan, le professeur et théologien suisse, a annoncé le mardi dernier à son (ancien) avocat, Me Yassine Bouzrou, qu’il ne souhaitait plus être représenté par lui. L’avocat a remis le dossier à son confrère Me Emmanuel Marsigny qui a récemment été désigné pour représenter son client.
Le jeudi 15 mars, autour d’un plateau télévisé sur une chaîne française, Me Marsigny était l’invité de l’émission, il a clairement déploré l’omniprésence de la partie civile autour de l’affaire du théologien dans les médias. ‘‘ … Un avocat ne rend pas une affaire médiatique, la défense de Monsieur Ramadan n’a joué aucun rôle dans la médiatisation de cette affaire… ’’, telles étaient les mots de l’avocat. Il a également reproché au Me Bouzrou qui s’était chargé de ce dossier depuis le mois de novembre, de n’avoir pas considéré la mesure de cette affaire.

Les proches du professeur, contestent fortement les prestations de Me Bouzrou

Depuis la date du 20 mars, Yassine Bouzrou a été débarqué par son client qui lui a signifié qu’il ne voulait plus de lui comme représentant. Par ailleurs, dès le jour de la détention provisoire de l’islamologue, les rapports entres ses proches et l’avocat étaient tendus, les différents auraient notamment porté sur les honoraires d’avocat. Il s’avère même que Yassine Bouzrou aurait contacté un soir Me Marsigny (peu avant que ce dernier ne rejoigne l’équipe de défense) pour lui parler du dossier en question.
Yassine bouzrou ne connaissait pas vraiment son client avant cette affaire et a été recommandé par des proches pour la défense.
Suite à sa convocation, au moment où il s’est présenté devant la police judiciaire, Tariq Ramadan n’a nullement été informé par Me Bouzrou sur une possible garde à vue et encore moins sur une période de détention provisoire. Détenu depuis le 2 février, l’islamologue n’aurait reçu la visite de son avocat qu’après plusieurs jours dans la prison de Fleury-Mérogis. D’après ses dires, l’avocat n’avait pas pu se déplacer et ne détenait pas de permis.
Ce n’est que le 7 février que Yassine Bouzrou n’a rendu visite à son client, un comportement inacceptable selon la famille du professeur qui démarche alors d’autres avocats afin de remplacer Me Bouzrou.

Yassine Bouzrou ne fait pas le poids face à cette affaire


Depuis l’ouverture de ce dossier, Yassine Bouzrou ne cesse de multiplier les faux pas, et d’offrir à l’entourage de son client les bonnes raisons pour se séparer de lui. L’une de ses erreurs, c’est d’avoir éloigné le ‘‘ très ’’ suivi du comité de soutien de l’islamologue et de ne pas l’avoir tenu à jour de l’évolution de cette affaire. Il aurait fauté par son excès de confiance et son manque d’expérience, qui ont joué en sa défaveur. Selon un avocat du barreau, c’était la première fois que Me Bouzrou avait en charge un dossier aussi important et aussi complexe que celui de l’islamologue suisse. ‘‘… Jamais dans les affaires judicaires on a assisté à un tel silence et une telle absence sur les plateaux télévisés surtout dans le cadre d’une affaire aussi médiatisée… ’’ Explique un expert de communication. Refusant de s’exprimer dans les médias, Yassine Bouzrou laisse ainsi libre cours à la partie adversaire, inadmissible pour les proches du théologien. Celui qui défendait depuis plusieurs mois l’une des rares figues de l’islam en Europe, n’est désormais plus son avocat.

Audiences de la semaine : Le talk-show de Yann Barthès brise tous les records

 

Diffusé depuis une année sur la TMC et Canal+, le quotidien animait par l’animateur de renom et le talentueux chroniqueur, Yann Barthès était de loin l’émission préférée des français dépassant «Touche pas à mon poste» de Cyril Hanouna.

Pour la première semaine de sa diffusion, le talk-show animé par Yann Barthès à attiré près de 2 million de téléspectateur pour une part de marché de 7% contre seulement 5.2% pour l’émission de Cyril Hanouna.

Avec l’apparition de nouvelles émissions intéressantes traitant l’actualité, les scores de cette émission ont un peu reculé pour laisser la place à de nouveaux programmes télévisées à savoir, « L’entretien d’Audrey », présenté par l’animatrice phare de LCI et l’intervieweuse préférée des français, Audrey Crespo-Mara

En effet, durant toute cette saison estivale, les émissions présentées par Joker des JT week-end, Audrey Crespo-Mara ont surfé sur la vague du succès et battu  toutes les records de diffusion.

 

Un retour en force pour  le talk-show de Yann Barthès

Cette semaine, le talk-show de Yann Barthès reprend ses forces et brisent les records des émissions concurrentes.

Faisant son retour ce lundi, cette émission phare de canal+ a su attiré un grand nombre de téléspectateurs assoiffés des chroniques de Yann Barthès.

Cette semaine, le quotidien de Yann Barthès est arrivé premier avec presque deux millions de téléspectateurs et 7.2 % du public. Rappelons qu’à son lancement, il y a un an, cette émission avait réuni 2.2 million de curieux, soit 7.4 % de pourcentage d’audiences.

En revanche, l’émission « Touche pas à mon poste » de Cyril Hanouna qui est a fait son retour le même jour que le talk-show de Yann Barthès, n’a pas su regagner sa place parmi les meilleures émissions et s’est contentée de 1 millions de téléspectateurs, soit 4.7% de la part d’audiences.

Grâce au grand retour du quotidien de Yann Barthès la chaîne de la télévision TPMP a ainsi rassemblé 1,35 million de fidèles, soit 5,5 % du public contre 1,73 million de personnes et 7,8 % le 5 septembre 2016.

 

Hier, C8 a rassemblé 1.3 de fidèles à l’émission phare de H2O, « Touche pas à mon poste » soit 5,5 % du public. Un score bien bas en comparaison avec le lancement du talk-show présenté par Yves Robert.

 

 

   La mesure d’audience : “Internet”

 

 

Contrairement à ce que l’on pense, la population des internautes n’est pas connue de façon précise.

 

Les méthodes utilisées : “User Centric” (la mesure d’audience à partir des panels représentatifs d’internautes), et “Centric” (la mesure de la fréquentation des sites).

Ainsi, la mesure d’audience “Internet”, repose sur la mesure “sites centric”, qui prend en compte l’individu unique et ses caractéristiques sociodémographiques, et les mesures “site-centric”, qui comptabilisent la fréquentation des sites web, quel que soit le lieu de connexion (page par page).

 

 Site Centric :

Comptage des connexions à un site internet, quel que soit le lieu d’origine de la connexion.

Identification des ordinateurs connectés (la suppression des cookies peut fausser la mesure).

Mesure possible de la fréquentation de tous les sites.

User Centric :

Suivi des navigations en fonction de la nature du panel.

Identification des individus connectés.

Les sites non visités par les panélistes ne sont pas pris en compte (seuls 5 000 à 6 000 sites les plus importants peuvent être mesuré).

Cette mesure ne donne pas l’information sur le profil de l’individu connecté.

Malgré que ces deux méthodes donnent des chiffres souvent très différents, ils continuent à coexister.

Chacune ayant ses inconvénients et ses avantages.

 

En France, il existe deux panels internautes, qui sont, “Médiamétrie Netratings”, et Comscore.

Face à l’augmentation du volume de donnée circulante sur le web et à la fragmentation des usages, Médiamétrie Netratings, qui a la plus grosse part du marché, a mis en place un nouveau système de mesures d’audience.

Le but étant d’apporter davantage de précision et de représentativité à l’audience du web.

“Hybride” est la nouvelle méthode de mesure d’audience de Médiamétrie.

Celle-ci, permet de combiner les deux anciennes méthodes de mesure “User Centric” et “Site Centric”.

Audrey Crespo-Mara, la journaliste-présentatrice française, pense que cette mesure apporte un réel avantage “les informations sont plus justes sur le volume des pages vues, les visiteurs uniques et les profils de ces derniers”.

 

  La mesure d’audience de l’affichage

C’est l’institut “Affimétrie” qui se charge de la mesure d’audience de la communication extérieure dont les panneaux d’affichage.

Ce dernier mesure 300 000 faces dans les unités urbaines (découpage territorial propre à l’institut pour réaliser ses enquêtes) de plus de 20 000 habitants regroupant 450 unités différentes en France.

Dans chaque unité urbaine, Affimétrie procède à une enquête avec les habitants locaux.

L’offre étudiée par cet institut porte sur les grandes régies publicitaires, qui sont, AAP, Affimext, Avenir, CBS Outdoor, Metrobus, Clear Channel, JCDecaux, ou encore Metrobus.

 

 La mesure d’audience a pour but de déterminer la valeur du support publicitaire.

“Plus le nombre de personnes susceptibles de voir l’affiche est élevé, plus le prix sera élevé”, Audrey Crespo-Mara.

L’enquête recueille les informations sur les déplacements de la veille, notamment, l’usage et les habitudes d’utilisation des transports en commun (60 000 enquêtes sont réalisées en moyenne par an).