Emmanuel Macron, l’islam et les risques d’amalgames

“Aujourd’hui, l’islam est une religion en pleine crise dans le monde entier”. C’est ce qu’a déclaré Emmanuel Macron, le chef de l’Etat français, le mois dernier.
L’Hexagone a subi dernièrement trois horribles attentats (trois personnes sont grièvement blessées à l’arme blanche, le jeudi 24 septembre dernier, près des anciens locaux du journal Charlie Hebdo ; un enseignant, nommé Samuel Paty, est décapité le 15 octobre dernier devant un collège de Conflans-Sainte-Honorine ; le 30 octobre, dans la Basilique Notre-Dame de l’Assomption de Nice, 5 personnes ont été tuées par un Tunisien), ce qui semble lui donner raison.
En Occident, certains considèrent l’Hexagone comme un phare des valeurs issues des Lumières (mouvement culturel, philosophique, littéraire et intellectuel) contre les forces obscures (ou les forces du mal) du fanatisme (ou du dévouement) religieux. D’autres estiment que le principal problème est l’arrogance coloniale, le racisme et l’islamophobie dans un monde où, les musulmans sont les véritables victimes.

 

      Islam, paix et violence

Il faut malheureusement l’avouer, le monde musulman ne vas pas bien en ce siècle. On peut donner l’exemple des guerres civiles. La plupart des guerres civiles dans les quinze dernières années (à savoir l’Irak, la Syrie, la Libye, la Tunisie, l’Egypte, etc.) se sont déroulées dans des pays à majorité musulmane. D’après une récente étude réalisée par ‘The Wall Street Journal’ (un quotidien national américain), plus de 85 % des victimes de guerres civiles sont musulmanes. En fait, un manque de leadership stupéfiant est derrière ces dissensions. L’alphabétisation n’avance presque pas puisqu’on utilise la religion pour empêcher la femme de s’instruire. En effet, la religion musulmane a été dénaturée (donner une fausse apparence), utilisée sans scrupule par des présidents indignes afin de créer des guerres à des fins hégémoniques, accaparer le pouvoir ou asservir leurs populations.
L’islam est apparu dans une région de l’Arabie, au 7e siècle, dont l’évolution était profondément marquée par la dialectique de la guerre et de la paix. Fondement de l’islam, le Coran comporte de nombreux enseignements qui concernent les différents aspects de la vie humaine.
Dans son message comme d’ailleurs dans ses autres faits fondateurs, l’islam reflète cette dialectique de la paix et de la violence. Cette religion prône une volonté de vivre ensemble, des solidarités et une fraternité sur la base de valeurs transcendant les clivages traditionnels et les fidélités et, par là, une société de paix et de concorde proposée, à l’ensemble de l’humanité.