La montée de l’islamophobie en Europe préoccupe le Pakistan

L’islam au Pakistan joue un rôle important, définissant l’identité et l’existence de la République islamique du Pakistan. A ce jour, les musulmans constituent 96 % à 98 % de la population pakistanaise. Les 2 % à 4 % restants sont essentiellement hindous et chrétiens.
Il est à noter que les sunnites sont majoritaires au sein des musulmans. Le Pakistan compte toutefois le plus grand nombre de chiites.
Imran Khan, le Premier ministre du Pakistan, a écrit lundi 1er février aux dirigeants musulmans afin de leur demander d’agir ensemble contre l’islamophobie (hostilité envers les musulmans et l’islam). “Les incidents de profanation du Coran (Livre sacré de l’Islam et des musulmans) et les récentes déclarations des présidents sont ainsi le reflet de la montée de l’islamophobie en Europe, notamment en France”, a déclaré le Premier ministre pakistanais. “Nous devons donc prendre l’initiative d’appeler à la fin de ce cycle de violence et de haine”, poursuit-il.
La plus haute autorité responsable de l’islam au Pakistan a appelé à prendre des mesures d’urgence. Selon celle-ci, les dirigeants musulmans doivent lever la voix et expliquer aux dirigeants non-musulmans, l’amour et le profond respect que tous les fidèles éprouvent pour leur Prophète, Muhammad (le Messager de Dieu), et leur livre sacré, le saint Coran.

        Le Pakistan appelle les leaders musulmans à une action collective contre l’islamophobie

Depuis que la France a été frappée par plusieurs attaques djihadistes, les tensions montent en Europe. Et la population musulmane est généralement la cible de racisme, de discriminations, voire d’agressions.
La majorité des grandes fédérations musulmanes (à savoir la fédération nationale des musulmans de France (FNMF), le Conseil français du culte musulman (CFCM), Musulmans de France (MF), etc.) appellent les imams de France à condamner avec la plus grande fermeté ‘le terrorisme et la violence’ lors des prières.
Plusieurs personnes ont manifesté dans le monde après la défense par le président de la République française, Macron Emmanuel, de la liberté de caricaturer. Le Premier ministre pakistanais avait accusé le chef de l’Etat français d’attaquer l’islam. Il avait annoncé, en novembre dernier, avoir écrit à Mark Zuckerberg, le Président-directeur général de Facebook, pour lui demander de bloquer tous les contenus islamophobes.