L’Afrique au défi de l’emploi : des travaux d’intérêt public pour les personnes vulnérables en Côte d’Ivoire

Balayer la rue afin de retrouver le chemin de l’emploi, c’est la nouvelle décision prise par le gouvernement du Côte d’Ivoire dans le cadre de la lutte contre la pauvreté et l’emploi en Afrique. En effet, le gouvernement ivoirien propose aux personnes vulnérables financièrement de réaliser des travaux d’intérêt public afin de décrocher un petit revenu.

Programme épargne et formation en Côte d’Ivoire

Dans le cadre de l’accroissement des offres d’emploi en Côte d’Ivoire, l’État propose aux personnes financièrement vulnérables d’effectuer des travaux d’intérêt public. Comme c’est le cas d’Elvis Akouany, qui a 32 ans et qui s’est un peu perdu lorsqu’il a raté son BTS en gestion commerciale. Toutefois, depuis plus de trois ans, le trentenaire a profité du tout premier programme de « travail à haute intensité de main-d’œuvre » qui a été développé par le gouvernement ivoirien durant l’année 2015.
Grâce à ce programme, il a pu lancer un petit commerce d’événementiel, de location d’accessoires (des couverts, des chaises et tables) et de bâches. Très rapidement, l’affaire d’Elvis a très bien marché ce qu’il lui a permis de mettre de l’argent de côté. L’entrepreneur a ouvert dans le quartier de M’pouto un pressing et un bar en permettant l’emploie de plusieurs autres personnes.

Des volontaires qui sont tirés au sort

Un programme proposé par l’État permet à des personnes vulnérables, essentiellement les femmes, les jeunes et les handicapés de profiter d’un appui du gouvernement, afin de s’assurer d’une réinsertion professionnelle.
Les volontaires à ce programme, sont tirés au sort afin d’effectuer 6 mois de travaux d’intérêt public, en contrepartie, d’un petit revenu. L’objectif de ce programme est avant tout de relancer ces personnes sur le chemin de l’emploi, mais aussi afin de les faire passer dans le monde informel.
Il est important de rappeler que plus de 60 % de la population n’a pas pu terminer son cycle d’enseignement primaire. C’est pour cette raison que le nombre de personnes, qui ont des petits boulots mal payés, est assez nombreux.