Le plan d’Emmanuel Macron pour un islam de France

Le Conseil Français du Culte Musulman a vingt jours pour proposer un ‘Conseil National des Imams’ (CNI) et une ‘charte des valeurs républicaines’. La loi ‘séparatisme’ doit être présentée le 12 décembre en Conseil des ministres.
A ce jour, les organisations représentatives du culte musulman en France sont les CRCM (Conseils régionaux du Culte Musulman) et le CFCM (Conseil Français du Culte Musulman).
Contrairement aux cultes juif, protestants et catholique, ceux-ci sont organisés statutairement dans le cadre du droit commun d’association. Il est à noter que le CFCM et le CRCM constituent ainsi l’épine dorsale du régime des cultes en France.
Fondé en janvier 2003, le CFCM est constitué de divers fédérations. Il est présidé par une personnalité élue par son conseil d’administration, composé de 55 membres. Outre son rôle de représentant, le CFCM a pour principale ambition de réguler le culte musulman en France, en supervisant la nomination des aumôniers militaires et hospitaliers, en gérant le marché du halal, en faisant venir ou former des imams des pays étrangers (la Turquie, l’Algérie, la Syrie, etc.) ou encore en administrant les mosquées.
Le Conseil Français du Culte Musulman se voit à ce jour concurrencié par l’apparition de nouveaux organismes comme ‘Les Musulmans’, l’Association musulmane pour l’islam de France, ou encore la Fondation de l’Islam de France. Face à ces structures, le président du conseil a lancé plusieurs organismes et propositions relatifs à l’encadrement des imams, au financement du culte, et aux questions théologiques, sans convaincre. Beaucoup d’autres projets sont aujourd’hui envisagés. En effet, la représentation du culte musulman a une faible légitimité religieuse et un caractère administratif.

     Emmanuel Macron veut libérer l’islam de France des ‘influences étrangères’

Un grand pas dans la construction de l’islam de France. Un petit pas dans la lutte contre l’islam radical et le séparatisme. Il est à noter que l’Islam est contre le radicalisme. Cette religion se fonde sur 2 sources au statut différent : le noble Coran et la sunnah.
Le ministre de l’Intérieur de France, Gérald Darmanin, et le chef de l’Etat, Emmanuel Macron, ont reçu à l’Elysée, le jeudi dernier, 8 des 9 représentants des fédérations composant le CFCM.
D’après Mouhamed Moussaoui, le président du CFCM, Macron a clairement mis la pression afin d’obtenir des avancées plus rapides sur divers grands chantiers. A commencer par l’intégration de l’islam à la République. La situation actuelle contribue à brouiller le rôle et l’image des CRCM/CFCM, et à favoriser un rejet de ces institutions par la communauté musulmane.