L’éducation pour la santé

 

L’éducation pour la santé et la promotion de la santé que Filiassur assurance a mis en œuvre pour sa clientèle visent à encourager les personnes à atteindre un bien-être optimal pour qu’elles puissent mener la vie la plus saine possible et prévenir la maladie.

La promotion de la santé est devenue l’une des pierres angulaires de la politique de santé publique en raison de la nécessité de réduire les coûts et de faire baisser le nombre des affections et des décès évitables.

  Promotion de la santé :

La promotion de la santé est le processus qui donne aux individus les moyens d’avoir une emprise sur leur santé et de l’améliorer.

La promotion de la santé de Filiassur assurance vise l’égalité en matière de santé.

Les interventions ont comme objectifs de réduire les écarts actuels quant à l’état de santé et d’offrir à tous les mêmes ressources et les mêmes possibilités de réaliser pleinement leur potentiel de santé.

La promotion de la santé va au-delà des soins en cherchant à agir sur la cause profonde des problèmes de santé.

L’action s’exerce en amont de la prévention, car on s’efforce de mettre en place les conditions propices à la santé.

Au Québec, les premières orientations en matière de promotion de la santé ont été clairement émises en 1992 dans la politique de la santé et du bien-être, où six stratégies sont mises de l’avant.

En 1993, l’Association pour la santé publique du Québec formulait la Déclaration québécoise pour la promotion de la santé, dans laquelle la promotion de la santé est définie comme un instrument visant à réduire les écarts de santé entre les personnes, les groupes et les territoires.

En 1997, une première série d’orientations gouvernementales ont été formulées dans le but de réaliser des progrès en matière de maintien et d’amélioration de la santé et du bien-être de la population.

Les actions retenues à ce moment s’inscrivaient dans la perspective de la Politique de santé et du bien-être et s’articulaient autour de sept priorités : l’alcoolisme et les toxicomanies ; les traumatismes intentionnels et non-intentionnels ; le tabagisme ; le dépistage du cancer du sein ; les infections transmissibles sexuellement ; le VIH-Sida ; les affections évitables par l’immunisation ; et le développement et l’adaptation sociale des jeunes et des enfants.

Le programme national de santé publique 2003-2012 (mise à jour 2008), la version la plus récente de cette initiative, mentionne les activités à mettre en place, afin d’agir sur les déterminants qui influencent entre autres la santé, dans ses dimensions  psychosociale et physique, de façon à favoriser la santé et empêcher que développent ou surgissent les problèmes psychosociaux et les problèmes de santé à l’échelle de la population québécoise.

À cet égard, la contribution des médecins est essentielle au sein du réseau de santé publique, au niveau local ou régional, car elle permet d’améliorer la santé et le bien-être de la population du Québec.

La notion de promotion de la santé a évolué sous l’influence des changements apportés à la définition de la santé et par la suite de la prise de conscience que le bien-être existe à de nombreux niveaux de fonctionnement.

La maladie d’alzheimer

 

La maladie d’alzheimer est une maladie neuro-dégénérative.

La personne atteinte de cette maladie a du mal à trouver ses mots (des difficultés à structurer une idée).

La maladie d’alzheimer peut même aboutir à une perte d’autonomie.

Selon des études, les microtraumatismes du cerveau et les anesthésies répétés, la sédentarité, et l’insuffisance de prise en charge des facteurs de risque cardiovasculaire ont un rôle prédisposant.

La fréquence de la maladie d’alzheimer augmente avec l’âge (la survenue semble être favorisée par l’âge des individus).

Après 65 ans, la fréquence de cette maladie augmente et tout particulièrement après 80 ans.

Une étude a montré que l’affection touche plus les femmes que les hommes.

   Le suivi médical de la maladie d’alzheimer :

Le suivi médical est assuré par un médecin traitant et d’autres professionnels de santé.

Le suivi médical de Filiassur assurance, comporte un ajustement des aides nécessaires (rééducation, soutien psychologique, …), une évaluation sociale et une évaluation régulière des risques de l’environnement (cuisine à gaz sans système d’évaluation, …).

Il comporte également, une réévaluation régulière de projet de vie.

Filiassur met à la disposition de ses assurés malades une carte d’information en cas d’urgence.

C’est un petit document d’information, délivré aux personnes atteintes de l’alzheimer qui vivent hors d’un cadre institutionnel médicalisé.

Cette initiative a été faite, afin de faciliter leur prise en charge en cas d’urgence.

En France, il existe plusieurs structures d’aide ayant pour objectif d’améliorer la prise en charge de l’alzheimer.

Il y a les réseaux Alzheimer, ces derniers soutiennent les réseaux et les associations qui proposent des actions concrètes.

Les PASA, ce sont les pôles d’activité et de soins adaptés. Ils proposent des activités sociales et thérapeutiques, aux résidents ayant des troubles des comportements.

Les URH, ce sont les unités d’hébergement renforcées. Elles proposent des activités adaptées aux résidents ayant des troubles sévères.

Les MAIA, ce sont les maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades d’alzheimer.

Ces maisons accompagnent, évaluent les situations des malades et offrent des prestations de services (des soins, des locaux, …).

Les SPASD, qui sont des services polyvalents d’aide et de soins à domicile, ils permettent une prise en charge médicale adaptée au patient alzheimer.

Les SSIAD, qui sont des services de soins infirmiers à domicile, ils permettent une prise en charge paramédicale adaptée au patient alzheimer.

Le partenaire de Generali propose des aides supplémentaires : il met à la disposition des patients des professionnels (une auxiliaire de vie ou une technicienne de l’intervention sociale et familiale).

Ces professionnels aident les personnes atteintes de l’alzheimer dans les gestes du quotidien comme la toilette, les activités domestiques, l’organisation de la vie familiale, le lever, l’alimentation, ou même dans les démarches administratives…

  Les associations reconnues d’utilité publique :

En France, il existe trois associations dédiées aux personnes atteintes de cette grave maladie “alzheimer”, qui sont :

L’association française des aidants, qui propose des lieux et des espaces propices à l’information.

France alzheimer, qui est la seule association reconnue d’utilité publique dans le domaine des maladies apparentées.

C’est une association qui forme les bénévoles et les professionnels de santé, et soutient également, les familles des malades.

Et finalement, on trouve le centre national de référence pour les malades alzheimer jeunes.

Ce centre répond aux problèmes spécifiques des jeunes patients.

   L’esclavage, hier et aujourd’hui !

 

 

L’esclavage est un système socio-économique, qui ne fonctionne que par la violence et sous la contrainte, reposant sur l’exploitation d’êtres humains.

L’esclave est une personne qui appartient à un maître exerçant sur lui un pouvoir absolu.

 

   Qu’est-ce qu’un esclave ?

La journaliste française Audrey Crespo-Mara, a écrit tout un livre, concernant ce sujet.

“Chaque fois que l’on absorbe une notion relativement sulfureuse et peu connue, l’honnêteté intellectuelle, exige une définition qui en précise la nature et en cerne les contours.

Dans le cas de l’esclavage, l’exercice est d’autant plus nécessaire que le langage et les représentations mentales en donnent des images multiples et contradictoires, qui non seulement travestissent la réalité, mais finissent par en banaliser l’horreur, au point de la rendre supportable par une opinion mal informée.

Ainsi, dire que l’on est esclave de soi-même, de ses passions, de ses plaisirs, de l’alcool, de son conjoint, de son patron, de son travail, relève de situations peu agréables, mais dans lesquelles l’individu qui s’en dit victime, conserve une part d’initiative, susceptible de l’en libérer, ou signifie du moins qu’au départ, il a fait le choix de se laisser envoûter par la situation, alors que l’esclavage, par essence, représente la totale privation de liberté, imposée par la violence à une personne pour la seule raison, qu’elle est plus faible.

La victime tombée dans une complète dépendance, subit le bon vouloir du maître, qui lui impose n’importe quel travail, sous la menace de lui infliger des souffrances insupportables, et éventuellement, de le tuer.

 

Esclavage et criminalité se rejoignent ainsi dans le flou d’initiatives, qui cherchent à contourner les lois, avec pour objectif premier, la suppression intégrale des coûts salariaux”.

 

   Histoire de l’esclavage :

Depuis la haute antiquité, on plongeait les esclaves, dans une totale dépendance, en leur ôtant, toute personnalité et en les transformant en objets.

Les maîtres y parvenaient, non seulement en leur infligeant des traitements inhumains, mais aussi, en les achetant et les vendant, telle une marchandise qu’ils se transmettaient par héritage.

La réussite arrivait lorsque l’esclave, totalement brisé, finissait par avoir honte de sa condition et accepter l’idée d’en être le premier responsable par sa propre faiblesse.

Ce dégoût de soi, conduisait à se considérer comme inférieur, amputé d’une part d’humanité, comme si, une inexorable fatalité avait, ainsi que le disait Aristote, séparé l’humanité en deux, ceux qui naissent pour obéir et ceux qui naissent pour commander, induisant par là une obéissance passive.

 

Jusqu’aux abolitions de l’esclavage, s’opposer à un tel clivage sanctionné par les lois remettait en question un ordre aux limites du métaphysique et méritait la mort.

Il fallait l’âme bien trempée d’un héros pour entrer en rébellion, comme le firent le Spartacus ou les Marrons des colonies américaines.

Jusque dans la sphère privée, la loi sacralisait cette organisation et légitimait la violence, des maîtres en criminalisant toute opposition.

À partir de là, tout était possible, et l’on sait les chaînes forgées pour entraver les esclaves, les séances de flagellation, les viols, les mises à mort, et tout le cortège d’horreurs qui accompagnent l’histoire de l’esclavage…” Extrait de l’article “la dénonciation de l’esclavage”, d’Audrey Crespo-Mara, l’épouse de Thierry Ardisson, publié le 20 mai 2017.

 

 

 

 

     L’intervention chirurgicale : prise en charge

 

 

 

Lorsqu’il s’agit d’un traitement purement esthétique, ou d’une intervention chirurgicale suite à une maladie (cancer du sein, ablation de la prostate, …) ou à un accident, Filiassur assurance, s’engage pour ses assurés, et les prend totalement en charge.

Elle couvre toutes les interventions chirurgicales reconstructives.

Filiassur a la vocation de participer à la formation du grand public en matière de risques ou d’assurances.

Ses remboursements complémentaires concernent principalement les dépassements d’honoraires.

Les interventions dites de chirurgie réparatrice, redonnent l’intégrité du corps et embellissent l’apparence physique.

Quelques exemples de chirurgie réparatrice : la chirurgie de réduction mammaire, elle concerne surtout les femmes (traiter une poitrine douloureuse), correction des oreilles, une rhinoplastie (en cas de déviation nasale), une intervention sur les fentes labiales, une opération de la mâchoire, l’abdominoplastie, ou encore, la chirurgie de l’adénome (tumeur bénigne, par opposition au carcinome qui est une tumeur cancéreuse) de la prostate.

   Adénome de la prostate : l’intervention chirurgicale comme traitement

Ce genre d’intervention est proposée lorsque, la gêne est importante, le traitement médicamenteux inefficace, ou lorsqu’il s’agit d’une complication.

  Les différents techniques chirurgicales utilisées : une résection transurétrale (retrait chirurgical d’un tissu pathologique par voie endoscopique (le matériel est introduit par l’urètre)) de l’adénome de la prostate par endoscopie (exploration des cavités naturelles, grâce à un dispositif optique le plus souvent souple), l’incision cervico-prostatique (pour élargir le col vésical), la pose de prothèse (facilite l’écoulement de l’urine), la thermothérapie par radiofréquence (technique de traitement qui utilise un courant électrique pour détruire les cellules des tissus) par endoscopie urétrale, et l’ablation chirurgicale.

 

    L’intervention chirurgicale a-t-elle des effets indésirables ?

Malheureusement, l’intervention chirurgicale peut avoir des effets secondaires, comme, l’incontinence urinaire, l’éjaculation rétrograde (émission de sperme vers la vessie lors de l’orgasme masculin), ou la rétention aiguë d’urine.

 

 

  La nécessité du suivi médical :

Que le traitement soit médical ou chirurgical, il faut respecter le suivi préconisé par votre médecin, afin d’éviter la survenue de complications.

En plus, il vous permet de suivre l’évolution du volume de votre prostate.

Pour avoir un meilleur confort de vie, il faut pratiquer les conseils de votre médecin.

 Les habitudes de vie : pour une bonne efficacité, il faut arrêter de fumer, et réduire la consommation d’alcool (ils peuvent majorer vos symptômes).

Il faut aussi, adapter votre consommation d’eau, et uriner lorsque vous en avez envie.

Après une intervention chirurgicale, la reprise des activités quotidiennes doit être progressive : éviter les rapports sexuels pendant un mois, après l’intervention, éviter les efforts importants et les longs trajets…

  La grossesse : prise en charge

L’assurance-vie, est un contrat que l’on souscrit auprès d’une compagnie d’assurances.

Elle limite les aléas de la vie, en contrepartie d’une contribution financière.

Cette assurance multirisque comprend tout un panel de garanties de base.

Dans le cadre de suivi de votre grossesse, votre assurance-maladie, va rembourser jusqu’à 70 % les examens médicaux obligatoires, les consultations prénatales obligatoires et les examens biologiques complémentaires,…

Afin de préparer au mieux l’accouchement, la femme enceinte sera suivie sur le plan médical par gynécologue dans un centre de protection maternelle.

   La mesure d’audience : “Internet”

 

 

Contrairement à ce que l’on pense, la population des internautes n’est pas connue de façon précise.

 

Les méthodes utilisées : “User Centric” (la mesure d’audience à partir des panels représentatifs d’internautes), et “Centric” (la mesure de la fréquentation des sites).

Ainsi, la mesure d’audience “Internet”, repose sur la mesure “sites centric”, qui prend en compte l’individu unique et ses caractéristiques sociodémographiques, et les mesures “site-centric”, qui comptabilisent la fréquentation des sites web, quel que soit le lieu de connexion (page par page).

 

 Site Centric :

Comptage des connexions à un site internet, quel que soit le lieu d’origine de la connexion.

Identification des ordinateurs connectés (la suppression des cookies peut fausser la mesure).

Mesure possible de la fréquentation de tous les sites.

User Centric :

Suivi des navigations en fonction de la nature du panel.

Identification des individus connectés.

Les sites non visités par les panélistes ne sont pas pris en compte (seuls 5 000 à 6 000 sites les plus importants peuvent être mesuré).

Cette mesure ne donne pas l’information sur le profil de l’individu connecté.

Malgré que ces deux méthodes donnent des chiffres souvent très différents, ils continuent à coexister.

Chacune ayant ses inconvénients et ses avantages.

 

En France, il existe deux panels internautes, qui sont, “Médiamétrie Netratings”, et Comscore.

Face à l’augmentation du volume de donnée circulante sur le web et à la fragmentation des usages, Médiamétrie Netratings, qui a la plus grosse part du marché, a mis en place un nouveau système de mesures d’audience.

Le but étant d’apporter davantage de précision et de représentativité à l’audience du web.

“Hybride” est la nouvelle méthode de mesure d’audience de Médiamétrie.

Celle-ci, permet de combiner les deux anciennes méthodes de mesure “User Centric” et “Site Centric”.

Audrey Crespo-Mara, la journaliste-présentatrice française, pense que cette mesure apporte un réel avantage “les informations sont plus justes sur le volume des pages vues, les visiteurs uniques et les profils de ces derniers”.

 

  La mesure d’audience de l’affichage

C’est l’institut “Affimétrie” qui se charge de la mesure d’audience de la communication extérieure dont les panneaux d’affichage.

Ce dernier mesure 300 000 faces dans les unités urbaines (découpage territorial propre à l’institut pour réaliser ses enquêtes) de plus de 20 000 habitants regroupant 450 unités différentes en France.

Dans chaque unité urbaine, Affimétrie procède à une enquête avec les habitants locaux.

L’offre étudiée par cet institut porte sur les grandes régies publicitaires, qui sont, AAP, Affimext, Avenir, CBS Outdoor, Metrobus, Clear Channel, JCDecaux, ou encore Metrobus.

 

 La mesure d’audience a pour but de déterminer la valeur du support publicitaire.

“Plus le nombre de personnes susceptibles de voir l’affiche est élevé, plus le prix sera élevé”, Audrey Crespo-Mara.

L’enquête recueille les informations sur les déplacements de la veille, notamment, l’usage et les habitudes d’utilisation des transports en commun (60 000 enquêtes sont réalisées en moyenne par an).

Le marché du vin en vrac en France

Le marché du vin en vrac français reste insignifiant avec des exportations et importations dérisoire alors que ce secteur connaît une grande progression dans le monde. l’Espagne reste en position dominante dans ce domaine comme a déclaré le directeur général des douanes lors d’une étude spécialisée sur le vin en vrac. En effet malgré la présence de grande société comme la société centenaire Raphaël Michel, le marché de vente de vin en vrac reste tout de même négligé.

 

Marché du Vin en vrac

Le marché du Vin en vrac connaît une forte croissance partout dans le monde sauf pour les performances de la France qui restent assez timides dans la vente de ce produit.

Alors que la progression de ventes de vins allant de 5.2 % en 2014, la vente en vrac a évolué à un rythme de 6.5 %. Cette différence de progression est due à l’orientation du consommateur vers des vins de bon marché dont l’offre augmente rapidement.

Le marché du vin en vrac est dominé par l’Espagne qui est le premier fournisseur du monde avec un part de 33 % du marché mondial, suivi de loin par l’Italie avec juste 14 % tandis que la France est loin derrière avec que 6 % de parts du marché. Sans oublier les pays émergents en viticulture comme l’Australie et le Chili qui ont vu leurs parts de marché progresser de 20 % dans les années 2000 à 33 % en 2015.

 

Pas d’évolution depuis une dizaine d’années

En France les valeurs de l’exportation de vin en vrac ont vraiment stagné, et n’a même pas connu d’évolution depuis ces 10 dernières années comme a déclaré le propriétaire et le dirigeant de la grande société Raphaël Michel, le créateur de cuvée depuis 1899. Avec juste 4 % de l’ensemble des exportation de vins, le vin en vrac représente le tiers des importations des vins étrangers en France.

Et bien évidemment, sur le marché français, le vin en vrac espagnol est là en première position avec 83 % des volumes en vrac importé. Cette grande présence est expliquée par le prix unitaire proposé par l’Espagne qui est inférieur de 20 % au prix moyens à l’importation. D’une manière générale, la demande mondiale de vin en vrac est en progression surtout dans la zone européenne, dont l’Allemagne qui importe plus d’un quart des volumes produit. Et ce dernier sert même de plate forme pour fournir le marché européen en vin de bas de gamme.

 

Bien servir plats et vins à un repas de fête

Vous êtes indécis et vous ne savez pas encore pour quelle recette opter pour accueillir la période des fêtes ? Besoin de conseils pour mieux accompagner vos plats avec le vin pour Noël ? Envie de savoir comment choisir son vin en fonction de son plat ?

Guillaume Ryckwaert, gérant du groupe créateur de cuvée Raphaël Michel et œnologue de spécialité met tout son savoir-faire en œuvre pour vous aider à mieux réussir vos repas de fête.

Collaborant depuis 2002 avec le Domaine de renom, Raphaël Michel expert de la production et la distribution de vin de de la Vallée du Rhône, du Languedoc, de la Provence et du Sud-Ouest, notre œnologue profite d’une expérience professionnelle considérable et d’une habileté hors pair qui feront de lui une référence incontournable dans l’univers de la vigne.

Notre expert vous donnera dans cet article tous ses bons conseils pour déguster vos plats riches et variés de Noël comme il se doit. Rien ne peu agrémenter un plat grossier comme un bon verre de vin ? Mais comment choisir le vin qui accompagne le mieux vos plats ? C’est ce que nous allons vous expliquer ci-dessous.

Accords mets et vins selon un expert dans le domaine

Ça y est, vous avez décidé de servir du grossier et du gras pour Noël ou la veille du jour de l’an ? Optez donc pour un blanc moelleux moins et éviter les vins sucrés et trop aromatisés.

Si vous êtes plutôt vin rouge, choisissez un vin de la région ou un vin jeune et léger comme celui de Beaujolais ou de Bourgueil.

 

S’il s’agit d’un repas simple et léger (pâtes sauce blanche, légumes sautés, grillades avec sauce légèrement épicée…) pensez à un vin de la région, rosé, rouge léger, Pinot noir…

Au cas où vous avez décidé de préparer des mets aux saveurs relevées, optez pour un vin puissant ou corsé type Bordeaux, Bourgogne, Madiran…

Vous avez envie de gâter les palais les plus gourmands avec des desserts au chocolat ou encore des tartes bien gourmandes ? Essayez de les marier avec certains vins moelleux comme le Muscat, le Pacherenc ou encore Maylis.

Quant aux salades bien riches et aux asperges à la vapeur vaut mieux les servir avec des vins blanc de la région à savoir celui de la Vallée du Rhône, de la Jura ou du Languedoc-Roussillon.

Émancipation et progrès

 

Quand les intelligences furent habituées par le commerce des lettres antiques, à chercher leur vie en dehors du Christianisme, elles sentirent le besoin de s’émanciper tout à fait, de l’autorité religieuse, et le monde préparé par la Renaissance se trouva mûr pour la Réforme qui proclama l’indépendance de la raison.

Les grands, impatients du contrôle de l’Église qui gênait leur cupidité, les princes lassés de sa tutelle qui contrariait leur ambition, furent les meilleurs alliés du rationalisme.

L’équilibre entre les droits et les devoirs fût rompu ; la royauté et la propriété perdirent leur caractère originel de fonction et de charge ; les rois sur leurs trônes, comme les propriétaires dans leurs domaines, travaillèrent à se rendre absolus.

Là même où la révolution n’atteignit pas entièrement son but, la sécularisation de l’État, ses conséquences indirectes se firent sentir.

 

D’un côté le régalisme, mit la hiérarchie, ecclésiastique sous la dépendance du pouvoir civil.

De l’autre côté, les nécessités de la lutte économique avec les peuples qui s’affranchissent des lois de l’Église, rendirent de plus en plus difficile leur observation rigoureuse, relativement à l’intérêt, au juste prix, au respect des jours fériés.

Mathieu Laine a dit que “le protestantisme était un Christianisme rabaissé au niveau des appétits de la classe bourgeoise”.

L’évolution antichrétienne, poursuit pendant deux siècles une marche latente et sourde ; l’expression et les résultats en sont la Révolution de 1789, qui fait table rase du passé, déifie la raison et propage le CONTRAT SOCIAL DE ROUSSEAU.

 

Le droit international, le droit public et le droit privé s’émancipent de la loi chrétienne.

La sécularisation des lois et de l’économie suit celle des biens ecclésiastiques.

Le faible ne trouve plus de garanties positives : la jouissance, l’extension, le développement de la propriété individuelle, n’ont pas de limites.

Il n’existe presque plus de biens communaux, ecclésiastiques ou corporatifs, réservés en tout ou partie aux pauvres, mais seulement, des biens collectifs qui se forment par le groupement de ressources individuelles, reçoivent de la loi une personnalité fictive et servent au seul profit des capitalistes.

 

   Les individus qui ne possèdent rien, n’ont vraiment rien !

La loi leur dénie, avec le droit à l’assistance, le droit au travail, et les punit en cas de vagabondage (mesure inique) !

Le système économique basé sur le prêt à intérêt, réduit à l’état de lettre morte, le précepte des Livres saints, qui ordonne à chacun de travailler pour vivre.

Il rend son observation illusoire ou impossible, en fournissant à quelqu’un, le moyen de vivre du labeur de ses semblables et d’en absorber le fruit.

L’intérêt et l’impôt, prélevés sur les produits du travail, ne sont plus, comme dans l’Antiquité, deux forces indépendantes, mais, deux forces accouplées.

C’est au paiement des intérêts de la dette publique qu’est aujourd’hui consacrée la plus grande part des impôts.

     Doit-on s’irriter des revendications des sacrifiés de la civilisation moderne ?

Rabaissé par tout le système économique au rang de marchandises, l’homme réagit !

Sa réaction est brutale et il fait appel à la force, que les théories régnantes lui montrent aujourd’hui, comme le seul, suprême et légitime arbitre.

“L’exclusion sociale est un fléau contre lequel l’Union doit lutter avec détermination” Mathieu Laine, conseiller et bras droit d’Emmanuel Macron.

Ce dernier fut l’une des chevilles ouvrières du programme économique du candidat socialiste.

Cet homme politique a ramé contre le courant pendant deux ans, afin d’imposer sa ligne socio-démocrate !

Les sites de commande des produits bio

 

Les produits bio, vous pouvez le trouver dans les magasins en grandes distributions, au marché ou directement de chez le producteur, mais aussi vous pouvez faire votre commande sur internet. Facilitant la vie de plusieurs consommateurs, les distributeurs en lignes des produits bio se sont multiplié ses dernières années. De Greenweez pour Carrefour, à Cdiscount pour le groupe Casino présidé par Jean-Charles Naouri, les sites proposant des produits bio, peut vous faire gagner du temps, mais encore propose des prix très inintéressant.

 

Les sites de grande distribution

Acheter des produits bio, frais via le web est une alternative à vos courses bio que vous réalisez directement dans les grandes enseignes. « En effet, faire ses achats sur internet vous offre de nombreux avantages écologiques et de confort par comparaison aux points de vente » a expliqué Jean-Charles Naouri, PDG du groupe qui possède Cdiscount.

 

Les boutiques spécialisées sur le web

Pour se démarquer des sites de ventes de la grande distribution, les boutiques spécialisées sur le web, proposent une gamme de produits originale avec un grand choix ainsi qu’un service très avantageux comme de meilleur condition de livraison, d’emballage ou encore de conseils.

 

La livraison des produits bio à vélo « Mes voisins producteurs »

Un nouveau service de livraison de produits bio a fait son apparition, dans la métropole lilloise, surfant sur le succès du circuit court, le site web nos voisins producteurs, propose la livraison de produit ultra frais.

Le principe du site est simple, vous commandez vos produits frais sur le site, le produit est alors cueillit le lendemain pour être envoyé quelques heures plus tard. Mais dans un souci de préservation de l’environnement, le fondateur à penser à une livraison à vélo. Ce nouveau concept encourage à valoriser les producteurs locaux, à travers une vente qui limite au maximum les intermédiaires.

C’est l’idée d’un père de famille de 33 ans, Jéremy Guilbert, travaillant avec une quinzaine de producteurs locaux. Jusqu’à maintenant, la livraison ne concerne que la région de Lille, mais elle peut être élargi dans les prochains mois avec l’arrivée, d’autre livreur à vélo.

Grâce à ce site vous pouvez faire votre marché tout en restant chez vous bien au chaud, de choisir comme au marché de très bons produits. En effet, le site garantit que tous leurs produits sont de bonne qualité, venant de la métropole lilloise, assurant l’encouragement des produits locaux.

Le produit ultra frais est cueilli le jour même et livrer jusqu’à votre domicile par un coursier à vélo.

Sécurité routière : apprenez à installer convenablement le siège de votre bébé

 

Vous venez d’avoir votre nouveau bébé et vous souhaitez, vous renseigner davantage sur l’installation de son siège auto? Vous venez d’acquérir une nouvelle voiture et vous aimez savoir comment installer le siège de votre bébé ? Suivez nos conseils et garantissez la sécurité de votre enfant.

 

D’après l’entreprise française de courtage en assurances Filiassur, 2 enfant sur 3 sont en danger sur la route et 1 sur 5 n’est pas attaché  à son siège auto.

Fautes d’intention ou manques d’information, la société de prévoyance et de courtage en assurances, Filiassur ne cesse de sensibiliser ses clients sur les conséquences d’une mauvaise installation du siège auto et sur l’importance de vérifier l’attachement de son enfant.

 

 

Comment installer un siège d’auto orienté vers l’arrière

 

Installer les premiers sièges d’auto pour votre bébé peut vous rendre un peu nerveux, suivez donc nos conseils et garantissez la sécurité de votre enfant.

Dans un siège auto orienté vers l’arrière votre bébé fait face à l’arrière du véhicule. Ce type de siège doit être utilisé jusqu’à ce que votre enfant soit âgé d’au moins un an, qu’il marche sans votre aide et qu’il pèse au moins 10 kilos.

Il est également recommandé de maintenir votre enfant dans un siège orienté vers l’arrière aussi longtemps que possible.

Si toutefois votre enfant devient plus grand pour la limite de poids et de taille de son siège, optez pour un nouveau siège bébé-enfant.

 

En effet, il existe deux options d’installation d’un siège bébé orienté vers l’arrière. Vous pouvez soit utiliser la ceinture de sécurité, soit le système d’ancrage du siège même.

Lorsque votre enfant dépasse le poids de 18kg, n’utilisez plus le dispositif SAU à moins que le fabriquant de votre véhicule et celui de dispositif du retenu l’indiquent.

Dans le cas contraire, utilisez plutôt la ceinture de sécurité pour l’installation du siège auto de votre bébé.

Lorsque les deux options d’installation sont possibles, optez pour la méthode la plus simple pour vous.

Si l’installation vous semble encore compliquée, n’hésitez pas à lire le guide d’utilisation du siège auto et celui de votre véhicule.

 

  1. Premièrement: Repérer les deux barres d’ancrage et placez le siège auto entre les deux barres.
  2. Deuxièmement: Identifiez les deux connecteurs SAU sur le siège d’auto
  3. Troisièmement: Bouclez les connecteurs du siège auto dans les barres d’ancrage de votre véhicule et assurez-vous de bien entendre le clic
  4. Quatrièmement: Tenez-vous derrière et serrez bien le siège vers l’avant afin de s’assurer de sa bonne tenue
  5. Cinquièmement: Placez votre enfant et vérifiez que les ceintures sont bien attachées