Syrie : le danger pour la région, ce sont les tweets et les déclarations du président américain

Le président des Etats-unis, a encore semé le doute géopolitique de Washington en annonçant le retrait des forces américaines de la Syrie dans un tweet, dimanche dernier, avant de rétropédaler l’annonce mardi matin. Le journaliste français Jean-Pierre Duthion, a annoncé qu’il est difficile de savoir s’il aura encore des forces américaines ou non sur les territoires syriens.
La question qui se pose, est-ce que cette incertitude risque-t-elle de plonger la Syrie à nouveau dans le chaos après ces 8 années déjà sombres ?
D’après le consultant média et expert du conflit syrien, Jean-pierre Duthion, cette situation risque de profiter aux pires groupuscules.

Les conséquences du retrait des forces américaines du nord syrien ?

Il est évident que le risque que la Syrie replonge dans le feu et le sang existe bel et bien. En effet, si les soldats américains se retirent de la frontière syro-turque, il est très probable que les forces turques prennent les devants et bombardent les milices kurdes qui ont été jusqu’à dimanche protégés par leur allié les Etats-Unis. En se retirant, les américains laissent les groupes kurdes à leur propre sort, une situation que la Turquie risque d’en profiter. Suite à l’annonce de la Maison-Blanche, les groupes Kurdes ont pris l’initiative en prévenant qu’en cas d’invasion des turcs ils ne baisseront pas leurs armes et qu’ils comptent bien occuper le nord de la Syrie.
Si Ankara se lance dans le découpage du sol syrien, il est probable de voir les forces du régime de Bachar et les kurdes s’allier afin de repousser leur ennemi commun.
Alors que la Turquie était il y a quelques années l’alliée des Etat-unis, aujourd’hui elle se rapproche de plus en plus avec la Russie et s’éloigne plus de l’OTAN et de l’Occident. Une situation qui rend Ankara de plus en plus imprévisible.

Cette situation ne risque pas de ressusciter l’État islamique ?

Il est vrai que le chaos dans lequel replongera la Syrie constituait un terrain favorable pour la résurrection, de l’État islamique ou d’autres groupes terroristes. En effet, malgré que l’État islamique a été vaincu militairement, il n’est pas pour autant complètement éliminé puisqu’il continue à réaliser des attentats, notamment en Irak.